Publications
Vie Culturelle
Quoi de neuf sur le Site?
(depuis 12 jours)
 ↑  
Calendrier
 ↑  
Recherche
Recherche
 ↑  
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
 ↑  
Modérateur
Votre Espace Abonné
Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

 ↑  
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.neufhistoire.fr/data/fr-articles.xml

PROCHAINS CONCERTS 2017 À NOTRE-DAME-DE-LORETTE
 

Orgue.png
Le grand orgue de l'église Notre-Dame-de-Lorette (3 claviers, 47 jeux) par Aristide Cavaillé-Coll, 1838. Orgue et buffet classés Monument Historique.

 

Dimanche 30 avril 2017 à 16 h. « Jésus-Christ notre Sauveur ». CONCERT BACH 2. Cantate 147,
Chorals de Leipzig (2).

Dimanche 4 juin 2017 à 16 h. « Viens Esprit Saint » CONCERT BACH 3. Cantate 68,
Chorals de Leipzig (3).

Mercredi 28 juin 2017 à 20 h 30. Concert de la Saint-Jean. W.A. MOZART « Litanies de Lorette ».
Les chorales de Notre-Dame de Lorette.

_______________

ÉGLISE NOTRE-DAME-DE-LORETTE
18, rue de Châteaudun Paris 9e

_______________


Le grand orgue de Notre-Dame-de-Lorette

L’église Notre-Dame-de-Lorette, édifice à la pointe de la mode dans le premier tiers du 19e siècle, confie à un tout jeune artisan la construction de l’orgue. Nous sommes en 1833, le jeune Aristide Cavaillé-Coll mène donc de front ce chantier avec celui de la basilique Saint-Denis, dont il vient aussi de gagner l’attribution sur concours.

Les conditions sont difficiles : les architectes, une fois de plus, n’ont pas prévu de véritable emplacement pour l’orgue. Le facteur d’orgues imagine un grand buffet pour le clavier de positif donnant directement dans la grande nef ; les jeux des deux autres claviers, grand orgue et petit récit situés en retrait, sonneront plus assourdis. 

S’il innove déjà, notamment en enfermant tous les jeux du petit récit dans une boîte expressive et en donnant à entendre ses premiers jeux harmoniques (flûtes 8 et 4 du récit), il reste fidèle, dans les grandes lignes, à l’esthétique classique française.
Et c’est finalement un orgue de 47 jeux, important, en regard de l’espace imparti qui est reçu après cinq ans de travaux, par une commission musicale comprenant des personnalités musicales telle que Cherubini et Auber* … c’est assez dire la place que prend la musique d’opéra dans la société de l’époque, et à l’église.

Instrument expérimental, émouvant témoignage des débuts d’un génie de la facture d’orgue, il fut restauré à de nombreuses reprises, y compris par Cavaillé-Coll lui-même. La dernière restauration est caractérisée par un retour à l’esprit classique. Peu d’éléments mécaniques sont finalement conservés ; en revanche, une partie intéressante de la tuyauterie de l’époque est restée en bon état de conservation.   

Paul Simond-Côte, 2006 ©.

*En 1838, année de l’installation de l’orgue, Luigi Cherubini est directeur du Conservatoire royal de musique et de déclamation, 11 rue du faubourg-Poissonnière. Daniel-François-Esprit Auber lui succède en 1842.

Cavaille.jpg
Aristide Cavaillé-Coll (1811-1899)


Catégorie : - Concerts du 9e
Page lue 131 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 

Réalisation: ParC Design

© 9ème Histoire 2001-2016