En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 

L' Ile de France



IDF.jpg  

 


L’ART DÉCO, UN ART DE VIVRE

Le Paquebot ILE DE FRANCE
 


Un paquebot Art Déco dans un écrin Art Déco, l’Espace Landowski, c’est ce que propose le musée des années 30 à Boulogne-Billancourt jusqu’au 15 mars 2020.

Conçu par la Compagnie Générale Transatlantique pour assurer la traversée du Havre à New York, le paquebot « Ile de France » fut mis en service en 1927 et acheva sa vie en 1959 après une carrière mouvementée.

Sa construction sur le chantier naval de Penhoët, à St-Nazaire, nécessita 33 mois de travaux. À une époque où la concurrence aérienne n’existait pas, ce paquebot eut tout de suite un énorme succès, auprès des classes aisées, à cause de son luxe, son élégance, sa modernité et son confort. Surnommé « la rue de la Paix de l’Atlantique », ce n’était pas le paquebot le plus rapide, il prenait six jours pour rejoindre New York alors qu’il n’en fallait que cinq pour le paquebot britannique « Mauretania ». Pour compenser cette « lenteur », il y avait à bord de l'« Ile de France », un hydravion postal catapulté depuis l’arrière du navire (lorsque celui-ci se trouvait à moins de 500 milles des côtes) permettant d’envoyer et de recevoir du courrier 24 h avant d’arriver à terre. L’utilisation de cet hydravion n’eut qu’un temps lorsqu’on constata les dégâts provoqués sur le navire à chaque envol ou retour.
 


paquebot_940x300.jpg
Le paquebot Ile de France devant Manhattan.
 


L’Ile de France fut tout de suite considéré par les étrangers comme l’ambassadeur de l’art de vivre et du savoir-faire français, notamment la 1ère classe très raffinée qui s’inspirait de l’exposition des Arts Décoratifs qui s’était tenue à Paris en 1925.

Pour assurer le bon fonctionnement du navire dont les 1 550 passagers étaient répartis en trois classes (la plus nombreuse, la 1ère classe composée de 639 passagers) qui jamais ne se côtoyaient, l’équipage ne comptait pas moins de 800 personnes (service pont qui assurait la navigation, la sécurité et l’entretien du navire ; service machine, en charge de la propulsion et des installations techniques ; service civil ou général en charge de l’hôtellerie, des cuisines, de la salle à manger, de la réception… ; les coiffeurs, les photographes, les musiciens…)

La 1ère classe était située au centre du navire, la 2nde et la 3e se répartissaient à l’avant et à l’arrière.

En pleine période de prohibition aux États-Unis, grand nombre d’Américains se faisaient inviter à bord, lors de l’escale à New York, pour boire de l’alcool à volonté.
 


Salon_IDF.jpg
Salon des premières sur le paquebot Ile de France.
 


L’Ile de France, représentant de la France sur les mers, était connu pour sa gastronomie ; en plus des trois repas quotidiens, un « bouillon » était servi vers 11 h et le thé l’après-midi, dans une somptueuse salle à manger décorée par les artistes les plus célèbres de l’époque. Une série de menus décorés par des peintres (dont Yvonne Jean-Haffen qui, en compagnie de Mathurin Méheut fit plusieurs traversées à bord du navire, réalisant, tous deux, de nombreux dessins, tableaux et projets dont grand nombre figurent dans l’exposition) donne une idée de la richesse, de la variété et du choix des mets proposés à chaque repas.  Il y a même un menu concocté par les cuisiniers pour les chiens (pour ceux qui préconisent l’alimentation des chiens à l’aide de croquettes, s’abstenir !). Il y avait à bord un chenil et du personnel à la disposition des maîtres pour promener les chiens.

Tout était fait pour libérer les passagers de 1ère classe du maximum d’obligations. Les enfants pouvaient être pris en charge toute la journée par des nurses, ils avaient leur propre salle à manger, salle de jeux et distractions, dont le guignol.
 


Hall_IDF.jpg
Hall d'accueil de l'Ile de France.
 


Il y avait également à bord une chapelle et des représentants des principales religions se tenaient à la disposition des passagers.

La décoration intérieure du navire avait été assurée par des peintres et décorateurs célèbres (M. Méheut, J.-E. Rulhmann, L. Süe, J.Dunand, R. Lalique, P. Landowski…). Les arts de la table étaient représentés par les manufactures les plus connues (Christofle, Bernardaud…).
 


Chevaux_Lalique.jpg
Décoration de chevaux de Lalique sur l'Ile de France.
 


Le navire ne connut pas toujours des périodes de joies et de luxe : pendant la 2ème Guerre Mondiale, il fut réquisitionné pour le transport des troupes puis pour le rapatriement de civils d’Indochine. Il en sortit indemne, contrairement à d’autres navires et reçut la Croix de Guerre.

Il retourna au chantier de Penhoët pour deux ans de travaux, au cours desquels de nombreuses modifications furent apportés au paquebot (de 1600 passagers on passa à 1300, ; les grandes salles furent supprimées ; certaines chambres climatisées). Le 27 juillet 1949 l’Ile de France restauré entreprit sa seconde traversée inaugurale ; à l’arrivée, les Américains lui réservèrent un accueil triomphal.
 


SAM_IDF.jpg  Affiche_IDF_2.jpg
 


Le navire enchaîna les traversées de 1949 à 1959, traversées qui ne furent pas toutes de plein repos puisqu’à deux reprises, en 1953 pour le cargo libérien « Greenville » et en 1956, pour le navire italien « Andrea Doria », il dut intervenir pour les sauver du naufrage (pour l’Andrea Doria 753 passagers furent sauvés, ce qui valut à l’Ile de France de recevoir le « Merchant Marine Gallant Award » et le surnom de « Saint-Bernard des mers »).

Ce qui fit également le prestige du paquebot, ce fut la présence à bord de certaines célébrités : Harold Lloyd, Buster Keaton, Humphrey Bogart, Kim Novak, Cary Grant, Maurice Chevalier, Ernest Hemingway
 

Une baisse de la fréquentation face à la concurrence aérienne, et le coût d’entretien d’un navire vieillissant entraînèrent la vente du navire à une compagnie japonaise en 1958 et il finit entre les mains de la Metro Goldwyn Mayer qui tourna à son bord un film catastrophe « The Last Voyage », qui s’acheva dans le film comme dans la réalité par l’explosion du navire.

 

______________________
 

MUSÉE DES ANNÉES 30   -   ESPACE LANDOWSKI

28, avenue André Morizet

92 Boulogne-Billancourt

Ouvert tous les jours (sauf le lundi) de 11 h à 18 h

Prolongation jusqu'au 15 Mars 2020.
 

______________________
 

Hélène TANNENBAUM
 


© 9ème Histoire 2020

 


Date de création : 22/02/2020 • 16:18
Catégorie : - Expositions & Visites
Page lue 200 fois