En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 

Publications

Recherche

Recherche
 ↑  

Vie Culturelle

Quoi de neuf sur le Site

(depuis 12 jours)
 ↑  

Calendrier

 ↑  

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
 ↑  

Modérateur

Votre Espace Abonné


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

 ↑  

Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

 ↑  

Renoir dans le 9e

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.neufhistoire.fr/data/fr-articles.xml

© F. Robert 2012-2014 © 9e Histoire 2014

RENOIR DANS LE 9e

Si Renoir n’est pas né à Paris (mais à Limoges en 1841), il y vécut pratiquement toute sa vie et surtout dans le 9e. Il se lie très vite d’amitié avec Claude Monet, lui-même né 19, rue Lafitte en 1840.

Auguste Renoir est le peintre de la vie heureuse, des jeunes filles aux joues roses. Il expose en 1886 à la Maison Dorée, en 1892 chez Durand Ruel, 11 rue Le Peletier, où huit tableaux sont vendus à des américains. Puis chez Bernheim, 9 rue Lafitte.

Il est très lié à Berthe Morisot et, à la mort de celle-ci, il sera tuteur de sa fille, Julie Manet.

julie_manet.jpg

Il a résidé successivement 35, rue St Georges jusqu’en 1875,  puis 64, rue de la Rochefoucauld, au 4e étage au coin de la rue La Bruyère, et 57bis rue de Rochechouart jusqu’en 1911.  A cette période il est souvent à Cagnes-sur-Mer dans sa résidence « Les Collettes » afin de soigner ses rhumatismes invalidants (il y est mort en 1919).

Son fils Jean Renoir raconte que quand il emménage rue de Rochechouart, il est pris d’une sainte colère : « Le bail était déjà signé, les meubles transportés, qu’il s’avisa que l’immeuble dont l’entrée était boulevard de Rochechouart faisait le coin de la rue Viollet-le-Duc. Malgré l’avantage du logement de plain-pied avec l’atelier, mon père voulait s’en aller tout de suite, se déclarant incapable de supporter le voisinage de ce nom ! Ce n’était qu’une boutade, mais le fond en était sérieux. Viollet-le-Duc était l’architecte qu’il haïssait le plus. Et Dieu sait s’il haïssait les architectes ! Il ne lui pardonnait pas d’avoir éreinté Notre-Dame-de-Paris et la Cathédrale de Rouen.  Il prétendait que Viollet-le-Duc avait été plus destructif pour les monuments français que les bombardements allemands et que toutes les révolutions ou guerres passées ou futures » (in Jean Renoir « Pierre Auguste Renoir mon père » 1962).

De ses trois enfants, Jean Renoir a prolongé, avenue Frochot, la tradition familiale d’habiter le 9e.

PlaqueRenoir.gif

Françoise ROBERT

© F. Robert 2012-2014 © 9e Histoire 2014


Date de création : 16/04/2014 : 19:01
Catégorie : - Personnages
Page lue 2696 fois

 

Réalisation: ParC Design

Détails de la coupole du Printemps
© D. Bureau


© 9ème Histoire 2001-2018