Publications
Recherche
Recherche
 ↑  
Vie Culturelle
Quoi de neuf sur le Site?
(depuis 12 jours)
 ↑  
Calendrier
 ↑  
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
 ↑  
Modérateur
Votre Espace Abonné

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

 ↑  
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

 ↑  
Mars 2018




avenuetrudaine_2.jpg




 


LE BILLET DU PRÉSIDENT
 



L’Avenue Trudaine, une voie singulière

 

Encadré par des boulevards au Nord (boulevards de Clichy et de Rochechouart) et au Sud (boulevards de la Madeleine, des Capucines et des Italiens, boulevards Montmartre et Poissonnière), bordé par la rue d’Amsterdam à l’Ouest et la rue du faubourg Poissonnière à l’Est, le 9e est traversé de part en part par la rue des Martyrs, qui prolongeant la rue du faubourg Montmartre se poursuit dans le 18e jusqu’au site de l’ancien martyrium de Saint-Denis (rue Yvonne Le Tac). Son étroitesse (de 10 à 12 m.), ses deux rives commerçantes, et son tracé sinueux trahissent un ancien chemin médiéval.

Mais le 9e a aussi des voies modernes singulières, et l’une des premières à m’avoir intrigué est l’avenue Trudaine, en haut de notre rue des Martyrs, avec sa largeur de près de 30 m., qui semble disproportionnée à sa longueur de 450 m. seulement.

Il y a quelques 350 avenues à Paris, le 9e n’en compte étrangement que quatre, l’avenue de Provence, qui est une impasse sans arbre au 56 de la rue (67 m), la minuscule avenue du Coq (78 m.), la charmante et courte avenue Frochot (118 m.) [1] et notre avenue Trudaine, la seule qui réponde un peu à son sens le plus commun de voie plantée, encore qu’elle ne parte et n’aille nulle part comme le voudrait l’étymologie.


Abattoirs_de_Montmartre_eau-forte.jpg
L'abattoir de Montmarte - gravure de 1866
 

Ouverte en 1821, elle est baptisée du nom, très Ancien régime, d’un prévôt des marchands, mort au début du règne de Louis XV.
Les arbres plantés sur ses deux rives, tiennent sans doute au contexte encore campagnard du quartier en ce début de Restauration, mais peut-être plutôt au souci de masquer le voisinage de
l’abattoir de Montmartre qui se trouvait implanté alors sur sa rive Nord, que le collège Rollin (aujourd’hui lycée Jacques Decour) n’a remplacé qu’en 1878.


Rollin_Trudaine.jpg
 

Aujourd’hui sur l’avenue Trudaine, profitant de ses trottoirs démesurés, se sont multipliés les restaurants avec leurs terrasses. L’auberge Le Clou [2] a repris le nom du cabaret où jouait Erik Satie, mais le charme bohème s’est perdu ; à côté le célèbre Âne rouge [3], rival du Chat noir immortalisé par la rengaine d’Aristide Bruant (qui fut un temps rue Victor-Massé) est aujourd’hui remplacé par le restaurant hongrois Le Paprika, et là la couleur au moins est sauve.


Le_Clou_1.jpg
L'auberge du Clou au début du XXe siècle
 

 
 [1] Voir en suivant ce lien  l'Echo du Terrain, « Avenue Frochot une oasis secrète au cœur de la Nouvelle Athènes » voir aussi les Galeries du 9e.
 [2] Delphine Christophe et Georgina Letourny, Paris et ses cafés, Action artistique de la ville de Paris, 2004.
[3] Voir aussi sen suivant ce lien, l'article d' Emmanuel Fouquet, « L’âne Rouge de l’avenue Trudaine ou une histoire de dispute familiale ».


Claude MIGNOT


_______________

 


PROGRAMME MARS 2018
 

_______________

 


Vendredi 9 mars 2018 à 18 h 30
 


Paris_Inféconde.jpg
 


  L’ÉVOLUTION DE LA NATALITÉ A PARIS
ET DANS LE  9
e AU COURS DU XIXe SIÈCLE

                                      

Une conférence de Sandra Brée, démographe au CNRS

   

Si la France est, dès le milieu du XVIIIe siècle, précurseur du déclin de la fécondité en Europe, la limitation des naissances est antérieure dans la capitale. Pour tenter de saisir ce mouvement au cours du XIXe siècle, Sandra Brée présentera l'évolution du nombre d'enfants par femme à l'échelle de Paris, mais aussi de ses arrondissements et quartiers, en distinguant les naissances des couples mariés de celles des unions hors mariage («filles-mères» et couples concubins). On comprendra ainsi pourquoi les niveaux de fécondité ne sont pas les mêmes partout et quelle est la place du 9e arrondissement dans ce vaste mouvement démographique.

Lieu : Salle du Conseil de la mairie du 9e, 18 h 30.


Cette conférence est ouverte à tous
 

_______________

 

Lundi 19 mars 2018 à 14 h 30  



strinitep2.jpg

 

L'ÉGLISE DE LA SAINTE-TRINITÉ

                                      

Une visite sous la conduite de Priscilla Wannebrouck, guide conférencière

                                                           

Cette visite permettra de mieux connaître la décoration de cette église de style néo-Renaissance, dont on vient de fêter le 150e anniversaire. Elle fut en effet édifiée par Théodore Ballu au Second Empire et campe à l’extrémité de la perspective ouverte par la rue de la Chaussée-d'Antin, accentuant ainsi le caractère monumental de l’édifice avec son clocher en forme de beffroi.

Lieu : Place D’Estienne D’Orves.

RV : 14 h15 sur le parvis.

IMPORTANT : Le groupe étant limité à 20 personnes, merci de bien vouloir vous inscrire exclusivement le lundi 12 mars auprès d’Aline Boutillon, de préférence par mail : aboutillon@neuf.fr,  ou par téléphone au : 01 45 26 31 48 (entre 9h et 11h), visite réservée aux adhérents à jour de leur cotisation. À NOTER : une deuxième visite pourra être organisée si nécessaire le lundi 26 mars à 14 h 30


Cette visite est réservée aux adhérents de 9ème Histoire
 

_______________

 


Mardi 20 mars 2018 à 18 h 30
 

Jazz_Hot_(French_magazine).jpg


LE JAZZ DANS LE 9E
 

                                      

Conférence de Philippe Baudoin, musicologue et historien du jazz

 

Lors de l’entrée en guerre des Américains en 1917, la participation de la population noire a suscité particulièrement l’intérêt. C’est aussi à partir de cette date qu’allait débuter l’étonnant rayonnement de la musique de jazz en Europe et en France, notamment à Paris et plus spécialement dans le 9e.

C’est dans l’entre-deux guerres que cette nouvelle musique se fera le plus entendre dans les nombreux clubs et cabarets situés à la lisière du 9e et du 18e. De grands musiciens ont en effet habité ce quartier qui abrita aussi le siège de Jazz Hot, la première revue de jazz française. Philippe Baudoin évoquera toute cette période avec l’appui de documents, de photos et d’enregistrements sonores et filmés.  

                                 

Lieu : Salle du Conseil de la mairie du 9e, 18 h 30.


Cette conférence est ouverte à tous
 

_______________
 

Jeudi 29 mars à 9 h 30
 

LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE
SITE RICHELIEU

                    


Salle_Labrouste_BNF.jpg
La salle Labrouste



 

Une visite sous la conduite d’un guide de la BNF

En 1854, l’architecte Henri Labrouste se voit confier le chantier de reconstruction de la Bibliothèque impériale. Aujourd’hui, après une première phase de travaux menée par l’architecte Bruno Gaudin, et avant l’achèvement de la rénovation prévu pour 2020, le site Richelieu de la BNF redevient partiellement accessible au public.
La visite permet de (re)découvrir la Cour d’honneur, le vestibule Labrouste, la salle Labrouste, joyau du quadrilatère, et son magasin central, la Rotonde des Arts du spectacle avec la perspective sur la galerie Auguste Rondel.

Lieu : 58, rue de Richelieu 75002 Paris.

RDV sur place : 9 h 15

IMPORTANT : Le groupe étant limité à 20 personnes, merci de bien vouloir vous inscrire exclusivement le jeudi 22 mars auprès d’Aline Boutillon, de préférence par mail : aboutillon@neuf.fr,  ou par téléphone au : 01 45 26 31 48 (entre 9h et 11h), visite réservée aux adhérents à jour de leur cotisation.


Cette visite est réservée aux adhérents de 9ème Histoire
 

_______________
 

 

Réalisation: ParC Design
B andeaux tête et pied de page: Ciels & Eaux de Paris janvier/février 2018 © Daniel Bureau 
© 9ème Histoire 2001-2018