En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 

Nouvelles des Amis -

9ème Histoire


9e histoire, 9ème Histoire, Société pour l'étude du patrimoine et de l'histoire du 9e arrondissement de Paris, neufhistoire,


Histoire des calendriers - par cro160 le 26/03/2024 • 12:28 

aline.jpg

 "En hommage à Aline Boutillon, membre active de notre Conseil d'administration pendant tant d'années, nous avons décidé de publier sur notre site le texte sur lequel elle travaillait quelques semaines encore avant sa disparition, le 10 avril 2023 : sa recherche sur l'histoire des calendriers.

Ce n’est donc pas un texte tout à fait abouti, notamment concernant les différentes étapes d'élaboration du calendrier inauguré au moment de la Révolution.

Ce texte n'a évidemment aucun rapport avec notre arrondissement mais constitue cependant un témoignage de l'esprit curieux d'Aline sur une diversité de sujets.

Les illustrations ont été choisies pour la plupart par Jean-Charles Boutillon. "

HISTOIRE DES CALENDRIERS AU FIL DU TEMPS

Vous vous êtes peut-être demandé pourquoi septembre est le neuvième mois de l’année et non le septième, de même qu’octobre, qui vient de october (en latin, huit), est le dixième, et ainsi de suite jusqu’à décembre…

C’est que notre calendrier puise ses origines dans celui que Romulus a établi lorsqu’il a fondé Rome (en l’an 753 avant Jésus-Christ).

C’était un calendrier lunaire, mais on peut se demander comment Romulus a fait son calcul, car son calendrier ne comportait que dix mois, pour un total de 304 jours.

Didrachme Romulus et Remus

Pieece_Romulus__Reemus.png

Les quatre premiers mois avaient reçu un nom, en rapport avec un dieu ou la saison : martis, aprilis, maius et junius.  Et puis, panne d’imagination ? les six mois suivants ne sont désignés que par un numéro d’ordre : quintilis pour le cinquième, sextilis pour le sixième, et ainsi de suite jusqu’à december, en passant par september, october et november.

Cinquante ans plus tard, on voit apparaître les deux mois qui manquaient : januarius et februarius, qui vont porter l’année romaine à 354 jours, mais, comme ce n’est pas encore assez, il faudra ajouter tous les deux ans un mois intercalaire de 22 ou 23 jours. Mais l’année commence toujours en mars…

Le calendrier julien

Ce calendrier lunaire, plus ou moins modifié au fil du temps, restera en vigueur jusqu’au milieu du Ier siècle avant Jésus-Christ.  C’est l’époque où Jules César va conquérir l’Egypte… et le cœur de Cléopâtre. 

Jules César (la tête de Tusculum)

Teete_de_de_Jules_Ceesar_trouveee_a_Tusculum.jpg

A Alexandrie, il rencontre un astronome, Sosigénès, qui va lui démontrer que le calendrier solaire utilisé en Egypte est plus conforme à la réalité astronomique que le calendrier lunaire des Romains.

Jules César se laisse convaincre et décide d’adopter ce nouveau mode de calcul. Le début de l’année est alors fixé au premier jour de januarius.

Comme l’année solaire comporte 365 ¼ jours, ce quart de jour sera pris en compte tous les quatre ans par le doublement (bis) du sixième (sextil) jour avant les calendes de mars, c’est-à-dire le 24 février. C’est ce qu’évoque Suétone dans sa Vie des Douze Césars : « Il régla l’année sur le cours du soleil, et la composa de trois cent soixante-cinq jours, en supprimant le mois intercalaire, et en augmentant d’un jour chaque quatrième année ».

Pourquoi spécialement le 24 février ?  C’est que februarius était un mois néfaste, dédié à la purification par le sacrifice ; de plus, pour ne pas attirer l’attention sur ce jour supplémentaire, on le cachait parmi les autres jours.

Le mois romain est alors divisé en trois parties :

1 – Des calendes (premier jour du mois) aux nones.

2 – Des nones (le cinquième ou le septième jour, selon la longueur des mois) aux ides.

3 – Les ides tombaient toujours le neuvième jour des nones, soit le 13è ou le 15è jour du mois.

Les jours se comptaient à rebours, à partir des nones, puis des ides, puis des calendes.

Les noms des mois resteront inchangés par rapport au vieux calendrier lunaire, sauf quintilis, que Marc-Antoine va dédier à Jules César et qui deviendra julius, notre mois de juillet.

Un peu plus tard, Octave, en devenant empereur sous le nom de César Auguste, voudra lui aussi avoir un mois qui lui soit dédié.  C’est ainsi que sextilis deviendra augustus, notre mois d’août.

Octave, empereur César Auguste

Octave_empereur_Ceesar_Auguste.jpg

Ce calendrier, qu’on appellera calendrier julien en l’honneur de Jules César, restera en vigueur, dans la plupart des pays européens, jusque vers la fin du XVIè siècle.

L’Eglise, cependant, soucieuse de se démarquer du paganisme, choisira un événement chrétien pour faire commencer l’année : ce sera tout à tour Noël, l’Annonciation et enfin Pâques, à partir du XIè siècle.

Pour éviter les malentendus lors de la datation d’un acte officiel, il faudra donc préciser avant ou après Pâques.

En juillet 1564, Charles IX ordonnera qu’en France l’année commence le 1er janvier.

 

Tableau calendriers Romulus à Jules César

ROMULUS   ­– An I Ab urbe condita (753 av. JC) :   10 mois lunaires = 304 jours (l’existence d’une telle année est douteuse …)
                                                                                       L’année commence en mars, début de la saison des combats.

MARTIS

APRILIS

MAIUS

JUNIUS

QUINTILIS

SEXTILIS

SEPT

EMBER

OCT

OBER

NOV

EMBER

DEC

EMBER

31

30

31

30

31

30

30

31

30

30

NUMA POMPILIUS (vers 700 av. JC) :    12 mois, soit 354 jours, portés à 355 car les nombres pairs sont néfastes.
                                                                  Un mois intercalaires de 22 ou 23 jours tous les deux ans.
                                                                  Le système, mal appliqué, provoquera des désosrdres.

JANU

ARIUS

FEBRU

ARIUS

MARTIS

APRILIS

MAIUS

JUNIUS

QUINTILIS

SEXTILIS

SEPT

EMBER

OCT

OBER

NOV

EMBER

DEC

EMBER

 

 

29

28

31

29

31

29

31

29

29

31

29

29

JULES CESAR (45 av. JC) :   « CALENDRIER JULIEN », établi par l’astronome alexandrin Sosigenès – calendrier solaire

                                                   365 jours + 1 jour tous les quatre ans, le 6ème jour avant les calendes de mars, i.e. le 24 février

                                                   L’année commence le 1er janvier. Le mois de Quintilis devient Julius. La longueur des mois est modifiée.

JANU

ARIUS

FEBRU

ARIUS

MARTIS

APRILIS

MAIUS

JUNIUS

JULIUS

SEXTILIS

SEPT

EMBER

OCT

OBER

NOV

EMBER

DEC

EMBER

 

31

29

31

30

31

30

31

30

31

30

31

30

AUGUSTE :  Successeur de César et premier empereur, il veut aussi un mois à son nom ; Sextilislui ayant souvent porté bonheur, il sera rebaptisé Augustus. et aura 31 jours comme Julius ! D’où rééquilibrage des mois suivants et retrait d’un jour à Fébruarius.

JANU

ARIUS

FEBRU

ARIUS

MARTIS

APRILIS

MAIUS

JUNIUS

JULIUS

AUGUSTUS

SEPT

EMBER

OCT

OBER

NOV

EMBER

DEC

EMBER

 

31

28

31

30

31

30

31

31

30

31

30

31

Le calendrier grégorien

On s’est aperçu dès le VIIè siècle que le calendrier julien était imparfait.

En effet, l’année julienne était trop longue de 11 minutes et 14 secondes, ce qui, au fil des siècles, allait créer un énorme décalage et fausser ainsi le calcul de la date de Pâques, qui est basé sur l’équinoxe de printemps.

En 1582, comme ce décalage avait atteint dix jours, le pape Grégoire XIII ordonna une réforme pour, au sens propre comme au figuré, « remettre les pendules à l’heure », en supprimant simplement dix jours de l’année en cours. Tous les chefs d’Etat chrétiens seront invités à adopter le nouveau calendrier. L’Italie, naturellement, et l’Espagne seront les premières à se conformer au souhait de Grégoire XIII.  C’est ainsi que sainte Thérèse d’Avila est morte dans la nuit du 5 au 15 octobre 1582 !

En France, c’est en décembre que se fera le changement, en passant directement du 9 au 20.

Les autres pays catholiques s’exécuteront entre 1582 et 1590.

Ce nouveau calendrier portera le nom de calendrier grégorien.  C’est celui que nous utilisons toujours.

Grégoire XIII par Lavinia Fontana

Greegoire_XIII_par_Lavinia_Fontana.jpg

De plus, afin d’éviter un nouveau décalage, il est décidé que, tous les 400 ans, trois années bissextiles seront supprimées, afin de récupérer les trois jours correspondant au décalage entre 365 ¼ et la réalité astronomique.

Ceci concerne les années de fin de siècle qui ne sont pas divisibles par quatre : 1600 et 2000 ont été bissextiles, car divisibles par quatre, tandis que 1700, 1800 et 1900 ne l’étaient pas.

Les pays protestants, bien entendu, résisteront longtemps à cette réforme catholique. Il faudra attendre 1700 pour qu’ils commencent à l’appliquer. En Angleterre, cela ne se fera qu’en 1752.

Pour les pays orthodoxes, c’est encore autre chose, puisqu’en 1923 un congrès de leurs Eglises condamnait encore le calendrier grégorien.  Administrativement, la plupart l’ont accepté, tout en conservant l’ancien comput (calcul des dates des célébrations religieuses). La Russie l’a adopté officiellement en 1918, à la suite de la révolution d’Octobre 1917.

Le calendrier républicain

 On sait que c’est à la Révolution française que nous devons le système métrique. 

Le système décimal est alors appliqué au TEMPS dans toutes ses dimensions : durée de l’heure, de la semaine, du mois.  Ce sera un échec. Une tentative sera même faite d’étendre ce système à la durée du jour.

 Lorsqu’est proclamée l’abolition de la monarchie, le 22 septembre 1792, on décrète du même coup l’instauration de l’ère républicaine : c’est l’an I de la République qui commence.

Le 5 octobre 1793, un décret décide que l’année commencera désormais le 22 septembre et comprendra douze mois de 30 jours, chaque mois étant subdivisé en trois décades.  Cinq jours complémentaires (six tous les quatre ans) étaient ajoutés à la fin de l’année.

Les jours de la décade sont : primidi, duodi, tridi, quartidi, quintidi, sextidi, septidi, octidi, nonidi et décadi, jour de repos (sans doute la pierre d’achoppement qui a fait capoter le système : neuf jours de travail d’affilée, c’était trop !).

Calendrier républicain 1793-1794 (Germinal à Fructidor)

Calendrier_reepublicain.jpg

Les mois reçoivent des noms très poétiques proposés par Fabre d’Eglantine, en rapport avec les saisons :

Automne : Vendémiaire, Brumaire, Frimaire.

Hiver : Nivôse, Pluviôse, Ventôse.

Printemps : Germinal, Floréal, Prairial.

Eté : Messidor, Thermidor, Fructidor.

Fructidor

fructidor.jpg

Le calendrier républicain, critiqué rapidement, restera cependant en vigueur jusqu’au 31 décembre 1805, date à laquelle Napoléon restaurera le calendrier grégorien.

Napoléon Bonaparte

Napoleeon_Bonaparte_par_Franeois_Gerard.jpg

Aline Boutillon, mars 2023.

Histoire des calendriers - par cro160 le 26/03/2024 • 12:28 

aline.jpg

 "En hommage à Aline Boutillon, membre active de notre Conseil d'administration pendant tant d'années, nous avons décidé de publier sur notre site le texte sur lequel elle travaillait quelques semaines encore avant sa disparition, le 10 avril 2023 : sa recherche sur l'histoire des calendriers.

Ce n’est donc pas un texte tout à fait abouti, notamment concernant les différentes étapes d'élaboration du calendrier inauguré au moment de la Révolution.

Ce texte n'a évidemment aucun rapport avec notre arrondissement mais constitue cependant un témoignage de l'esprit curieux d'Aline sur une diversité de sujets.

Les illustrations ont été choisies pour la plupart par Jean-Charles Boutillon. "

HISTOIRE DES CALENDRIERS AU FIL DU TEMPS

Vous vous êtes peut-être demandé pourquoi septembre est le neuvième mois de l’année et non le septième, de même qu’octobre, qui vient de october (en latin, huit), est le dixième, et ainsi de suite jusqu’à décembre…

C’est que notre calendrier puise ses origines dans celui que Romulus a établi lorsqu’il a fondé Rome (en l’an 753 avant Jésus-Christ).

C’était un calendrier lunaire, mais on peut se demander comment Romulus a fait son calcul, car son calendrier ne comportait que dix mois, pour un total de 304 jours.

Didrachme Romulus et Remus

Pieece_Romulus__Reemus.png

Les quatre premiers mois avaient reçu un nom, en rapport avec un dieu ou la saison : martis, aprilis, maius et junius.  Et puis, panne d’imagination ? les six mois suivants ne sont désignés que par un numéro d’ordre : quintilis pour le cinquième, sextilis pour le sixième, et ainsi de suite jusqu’à december, en passant par september, october et november.

Cinquante ans plus tard, on voit apparaître les deux mois qui manquaient : januarius et februarius, qui vont porter l’année romaine à 354 jours, mais, comme ce n’est pas encore assez, il faudra ajouter tous les deux ans un mois intercalaire de 22 ou 23 jours. Mais l’année commence toujours en mars…

Le calendrier julien

Ce calendrier lunaire, plus ou moins modifié au fil du temps, restera en vigueur jusqu’au milieu du Ier siècle avant Jésus-Christ.  C’est l’époque où Jules César va conquérir l’Egypte… et le cœur de Cléopâtre. 

Jules César (la tête de Tusculum)

Teete_de_de_Jules_Ceesar_trouveee_a_Tusculum.jpg

A Alexandrie, il rencontre un astronome, Sosigénès, qui va lui démontrer que le calendrier solaire utilisé en Egypte est plus conforme à la réalité astronomique que le calendrier lunaire des Romains.

Jules César se laisse convaincre et décide d’adopter ce nouveau mode de calcul. Le début de l’année est alors fixé au premier jour de januarius.

Comme l’année solaire comporte 365 ¼ jours, ce quart de jour sera pris en compte tous les quatre ans par le doublement (bis) du sixième (sextil) jour avant les calendes de mars, c’est-à-dire le 24 février. C’est ce qu’évoque Suétone dans sa Vie des Douze Césars : « Il régla l’année sur le cours du soleil, et la composa de trois cent soixante-cinq jours, en supprimant le mois intercalaire, et en augmentant d’un jour chaque quatrième année ».

Pourquoi spécialement le 24 février ?  C’est que februarius était un mois néfaste, dédié à la purification par le sacrifice ; de plus, pour ne pas attirer l’attention sur ce jour supplémentaire, on le cachait parmi les autres jours.

Le mois romain est alors divisé en trois parties :

1 – Des calendes (premier jour du mois) aux nones.

2 – Des nones (le cinquième ou le septième jour, selon la longueur des mois) aux ides.

3 – Les ides tombaient toujours le neuvième jour des nones, soit le 13è ou le 15è jour du mois.

Les jours se comptaient à rebours, à partir des nones, puis des ides, puis des calendes.

Les noms des mois resteront inchangés par rapport au vieux calendrier lunaire, sauf quintilis, que Marc-Antoine va dédier à Jules César et qui deviendra julius, notre mois de juillet.

Un peu plus tard, Octave, en devenant empereur sous le nom de César Auguste, voudra lui aussi avoir un mois qui lui soit dédié.  C’est ainsi que sextilis deviendra augustus, notre mois d’août.

Octave, empereur César Auguste

Octave_empereur_Ceesar_Auguste.jpg

Ce calendrier, qu’on appellera calendrier julien en l’honneur de Jules César, restera en vigueur, dans la plupart des pays européens, jusque vers la fin du XVIè siècle.

L’Eglise, cependant, soucieuse de se démarquer du paganisme, choisira un événement chrétien pour faire commencer l’année : ce sera tout à tour Noël, l’Annonciation et enfin Pâques, à partir du XIè siècle.

Pour éviter les malentendus lors de la datation d’un acte officiel, il faudra donc préciser avant ou après Pâques.

En juillet 1564, Charles IX ordonnera qu’en France l’année commence le 1er janvier.

 

Tableau calendriers Romulus à Jules César

ROMULUS   ­– An I Ab urbe condita (753 av. JC) :   10 mois lunaires = 304 jours (l’existence d’une telle année est douteuse …)
                                                                                       L’année commence en mars, début de la saison des combats.

MARTIS

APRILIS

MAIUS

JUNIUS

QUINTILIS

SEXTILIS

SEPT

EMBER

OCT

OBER

NOV

EMBER

DEC

EMBER

31

30

31

30

31

30

30

31

30

30

NUMA POMPILIUS (vers 700 av. JC) :    12 mois, soit 354 jours, portés à 355 car les nombres pairs sont néfastes.
                                                                  Un mois intercalaires de 22 ou 23 jours tous les deux ans.
                                                                  Le système, mal appliqué, provoquera des désosrdres.

JANU

ARIUS

FEBRU

ARIUS

MARTIS

APRILIS

MAIUS

JUNIUS

QUINTILIS

SEXTILIS

SEPT

EMBER

OCT

OBER

NOV

EMBER

DEC

EMBER

 

 

29

28

31

29

31

29

31

29

29

31

29

29

JULES CESAR (45 av. JC) :   « CALENDRIER JULIEN », établi par l’astronome alexandrin Sosigenès – calendrier solaire

                                                   365 jours + 1 jour tous les quatre ans, le 6ème jour avant les calendes de mars, i.e. le 24 février

                                                   L’année commence le 1er janvier. Le mois de Quintilis devient Julius. La longueur des mois est modifiée.

JANU

ARIUS

FEBRU

ARIUS

MARTIS

APRILIS

MAIUS

JUNIUS

JULIUS

SEXTILIS

SEPT

EMBER

OCT

OBER

NOV

EMBER

DEC

EMBER

 

31

29

31

30

31

30

31

30

31

30

31

30

AUGUSTE :  Successeur de César et premier empereur, il veut aussi un mois à son nom ; Sextilislui ayant souvent porté bonheur, il sera rebaptisé Augustus. et aura 31 jours comme Julius ! D’où rééquilibrage des mois suivants et retrait d’un jour à Fébruarius.

JANU

ARIUS

FEBRU

ARIUS

MARTIS

APRILIS

MAIUS

JUNIUS

JULIUS

AUGUSTUS

SEPT

EMBER

OCT

OBER

NOV

EMBER

DEC

EMBER

 

31

28

31

30

31

30

31

31

30

31

30

31

Le calendrier grégorien

On s’est aperçu dès le VIIè siècle que le calendrier julien était imparfait.

En effet, l’année julienne était trop longue de 11 minutes et 14 secondes, ce qui, au fil des siècles, allait créer un énorme décalage et fausser ainsi le calcul de la date de Pâques, qui est basé sur l’équinoxe de printemps.

En 1582, comme ce décalage avait atteint dix jours, le pape Grégoire XIII ordonna une réforme pour, au sens propre comme au figuré, « remettre les pendules à l’heure », en supprimant simplement dix jours de l’année en cours. Tous les chefs d’Etat chrétiens seront invités à adopter le nouveau calendrier. L’Italie, naturellement, et l’Espagne seront les premières à se conformer au souhait de Grégoire XIII.  C’est ainsi que sainte Thérèse d’Avila est morte dans la nuit du 5 au 15 octobre 1582 !

En France, c’est en décembre que se fera le changement, en passant directement du 9 au 20.

Les autres pays catholiques s’exécuteront entre 1582 et 1590.

Ce nouveau calendrier portera le nom de calendrier grégorien.  C’est celui que nous utilisons toujours.

Grégoire XIII par Lavinia Fontana

Greegoire_XIII_par_Lavinia_Fontana.jpg

De plus, afin d’éviter un nouveau décalage, il est décidé que, tous les 400 ans, trois années bissextiles seront supprimées, afin de récupérer les trois jours correspondant au décalage entre 365 ¼ et la réalité astronomique.

Ceci concerne les années de fin de siècle qui ne sont pas divisibles par quatre : 1600 et 2000 ont été bissextiles, car divisibles par quatre, tandis que 1700, 1800 et 1900 ne l’étaient pas.

Les pays protestants, bien entendu, résisteront longtemps à cette réforme catholique. Il faudra attendre 1700 pour qu’ils commencent à l’appliquer. En Angleterre, cela ne se fera qu’en 1752.

Pour les pays orthodoxes, c’est encore autre chose, puisqu’en 1923 un congrès de leurs Eglises condamnait encore le calendrier grégorien.  Administrativement, la plupart l’ont accepté, tout en conservant l’ancien comput (calcul des dates des célébrations religieuses). La Russie l’a adopté officiellement en 1918, à la suite de la révolution d’Octobre 1917.

Le calendrier républicain

 On sait que c’est à la Révolution française que nous devons le système métrique. 

Le système décimal est alors appliqué au TEMPS dans toutes ses dimensions : durée de l’heure, de la semaine, du mois.  Ce sera un échec. Une tentative sera même faite d’étendre ce système à la durée du jour.

 Lorsqu’est proclamée l’abolition de la monarchie, le 22 septembre 1792, on décrète du même coup l’instauration de l’ère républicaine : c’est l’an I de la République qui commence.

Le 5 octobre 1793, un décret décide que l’année commencera désormais le 22 septembre et comprendra douze mois de 30 jours, chaque mois étant subdivisé en trois décades.  Cinq jours complémentaires (six tous les quatre ans) étaient ajoutés à la fin de l’année.

Les jours de la décade sont : primidi, duodi, tridi, quartidi, quintidi, sextidi, septidi, octidi, nonidi et décadi, jour de repos (sans doute la pierre d’achoppement qui a fait capoter le système : neuf jours de travail d’affilée, c’était trop !).

Calendrier républicain 1793-1794 (Germinal à Fructidor)

Calendrier_reepublicain.jpg

Les mois reçoivent des noms très poétiques proposés par Fabre d’Eglantine, en rapport avec les saisons :

Automne : Vendémiaire, Brumaire, Frimaire.

Hiver : Nivôse, Pluviôse, Ventôse.

Printemps : Germinal, Floréal, Prairial.

Eté : Messidor, Thermidor, Fructidor.

Fructidor

fructidor.jpg

Le calendrier républicain, critiqué rapidement, restera cependant en vigueur jusqu’au 31 décembre 1805, date à laquelle Napoléon restaurera le calendrier grégorien.

Napoléon Bonaparte

Napoleeon_Bonaparte_par_Franeois_Gerard.jpg

Aline Boutillon, mars 2023.

(26/03/2024 • 12:28)

26/02/2024 &b000000MondayMonday; 16:06