Publications
Vie Culturelle
Quoi de neuf sur le Site?
(depuis 10 jours)
Articles
À NOTER - À VOIR
12/02/2017 : - Moi, Caravage
 ↑  
Calendrier
 ↑  
Recherche
Recherche
 ↑  
Votre Espace Abonné
Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

 ↑  
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
 ↑  
Modérateur
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.neufhistoire.fr/data/fr-articles.xml

© D. Chagnas 2014   © 9ème Histoire 2014

Jules VERNE (1828-1905)

À Nantes, en février 1848, Jules Verne se préparait à partir pour Paris afin de terminer ses études de Droit, conformément aux vœux de son père, lorsqu’éclata la Révolution française qui allait entraîner la chute de Louis-Philippe et bouleverser toute l'Europe.

Jules Verne, âgé d'à peine vingt ans, partait à la rencontre de la capitale de la littérature et du théâtre, deux univers qui le fascinaient. Aller terminer ses études de Droit à Paris était le prétexte idéal pour échapper à Nantes, à sa famille et à un récent chagrin d'amour.

Verne.png

 Jules Verne jeune

Ses parents effrayés de la tournure que prenaient les événements, s'opposèrent à ce départ. A force d'être retardé, le voyage eut finalement lieu le 10 novembre 1848. Jules Verne en compagnie de son ami nantais Édouard Bonamy, prit la diligence pour Paris, en ayant bien promis de ne pas monter sur les barricades. Son arrivée à Paris coïncida avec l'adoption de la Constitution de la Deuxième République par l'Assemblée Constituante (Constitution du 4 novembre 1848).
La liberté à laquelle les parents de Jules Verne consentaient avait cependant ses limites. Celui-ci devait loger chez sa grand-tante chargée de le surveiller. Une fois arrivé à Paris, Jules eut la surprise de constater que la vieille dame avait fui la capitale et la Révolution. Il dut s'installer avec Bonamy au 3e étage d'une maison meublée 24 rue de l'Ancienne-Comédie, aujourd'hui disparue, et partager la vie de bohême des étudiants du quartier latin.

Il économisait sur sa nourriture pour acheter ses livres - trois jours de jeûne pour une édition de Shakespeare. Pour ses sorties mondaines, il partageait avec Bonamy le seul et unique habit qu'ils possédaient. Ils déménagèrent par mesure d'économie pour le boulevard Bonne-Nouvelle.

À Paris, la Révolution de 1848 n'avait en rien altéré la tradition des soirées littéraires que les dames de la haute société organisaient dans leur salon et où elles se disputaient l'honneur de recevoir les célébrités du moment. L'usage était de préparer un buffet à la disposition des invités. Grâce aux relations et à la recommandation de son oncle Châteaubourg, Jules Verne était reçu dans la meilleure société. Au cours d'une de ces soirées, en descendant l'escalier Jules Verne bouscula un gros monsieur essoufflé. Au lieu de s'excuser, le jeune homme demanda effrontément :

- Je suis sûr que vous avez dîné, Monsieur ?
- Parfaitement jeune homme, et même d'une excellente omelette aux lardons, cuite à la mode de Nantes et....
- Les omelettes aux lardons à la mode de Nantes de Paris ne valent rien. Il faut qu'elles soient préparées avec du safran.
- Ainsi vous savez faire les omelettes, jeune homme ?
- Non seulement je sais faire les omelettes mais je sais encore mieux les manger, Monsieur. En avez-vous une sous la main ?
- Vous êtes un insolent ! Voici ma carte. Inutile de me donner la vôtre. Vous viendrez ce mercredi chez moi ...faire une omelette.

Le gros monsieur était Alexandre Dumas père avec qui, par la suite, Jules Verne entretiendra toujours des relations amicales. Il le considérait non seulement comme le grand écrivain susceptible de l'aider dans sa carrière, mais aussi comme le père qu'il aurait aimé avoir. Jules Verne était aussi l'ami du fils de Dumas, de quatre ans plus âgé que lui et déjà auteur à succès (le roman la Dame aux Camélias date de 1848). Il eut l'honneur d'assister dans leur loge à l'une des premières représentations de La Jeunesse des Mousquetaires (février 1849), adaptation pour le théâtre des Trois Mousquetaires.

L'année suivante (1850) il passe sa thèse d'avocat. Son père l'incite à revenir à Nantes prendre une charge d'avoué. Il refuse, persiste dans son idée de se consacrer à la littérature, et reste à Paris. Ne recevant plus d'aide financière de son père, il commence par nécessité à donner des cours puis à produire des œuvres en abondance.

En mars 1850, sa comédie en vers Les Pailles rompues est publiée grâce à l'appui des Dumas et jouée douze fois au Théâtre Historique.
En 1852, il est engagé comme secrétaire au Théâtre Lyrique (l'ex-Théâtre Historique de Dumas père). Ce poste lui laisse suffisamment de temps pour écrire des chansons, des saynètes, des opérettes, des pièces et des contes.

C'est l'époque où Offenbach triomphe. Jules Verne écrit une opérette Colin-Maillard avec Michel Carré, mise en musique par son ami Hignard (Théâtre Lyrique, quarante représentations, 1853)

En 1853,  il emménage avec Aristide Hignard 11 boulevard Bonne-Nouvelle, puis au n°18 au 6e étage.

Entre 1851 et 1855, Jules Verne publie deux « drames » dans la Revue des Familles dirigée par son compatriote Pitre-Chevalier: Les premiers navires de la marine mexicaine, un drame au Mexique et Un voyage en ballon (qui figurera dans le Docteur Ox sous le titre d'Un drame dans les airs), deux récits qui annoncent déjà la veine des Voyages extraordinairesSuivront Martin Paz (1852), Maître Zaccharius ou l'horloger qui a perdu son âme (1854), Un hivernage dans les glaces (1855) et des pièces de théâtre parmi lesquelles on peut distinguer Châteaux en Californie, écrite en collaboration avec Pitre-Chevalier.

En 1856, Jules Verne assiste à Amiens au mariage de son ami Auguste Lelarge. Il y fait la connaissance de la sœur de la mariée, Honorine de Viane, jeune veuve de 26 ans et mère de deux petites filles. Jules Verne est le dernier célibataire du groupe « Les onze sans femme » qu'il avait créé avec des amis en 1849. Après huit mois de fiançailles, il épouse Honorine de Viane le 10 janvier 1857 à l'église Saint-Eugène (9ème). Mariage d'amour ou de convenance ?

Le couple et les deux fillettes s'installent à Paris 18 boulevard Poissonnière (1857) et quelques mois plus tard rue Saint-Martin. En 1860-1861, ils habitent 54 rue du faubourg- Montmartre, à quelques pas de l’église Notre-Dame-de-Lorette,  puis on les retrouve 45 boulevard de Magenta et 18 passage Saulnier.

Le  nouveau beau-frère de Jules Verne, Ferdinand de Viane,  est agent de Bourse et gagne bien sa vie. Jules Verne voit là une solution à ses problèmes financiers. Son père ayant consenti à lui prêter 50 000 francs, il s'associe à l'agent de change suisse Fernand Eggly basé 72 rue de Provence.

Jules Verne ne réussit pas trop mal en Bourse, sans toutefois faire fortune. Levé tôt, il consacre une partie de sa journée à la littérature et à ses recherches scientifiques. Du reste, il existe à la Bourse nombre d'écrivains et de journalistes qui, dans les couloirs, « font plus de bons mots que de bonnes affaires ». C'est aussi l'endroit privilégié pour observer l'essor du capitalisme et le développement de la civilisation technologique qui inspireront son œuvre.

En 1859, à 31 ans, l'occasion lui est donnée de faire son premier voyage à l'étranger. Il part en croisière pour l'Ecosse en compagnie de son ami Hignard. Deux ans plus tard (1861), il visite la Norvège et le Danemark toujours avec Hignard.

Le 3 août 1861, alors qu'il est en croisière, Honorine accouche de Michel qui sera leur unique enfant. Jules Verne rentre juste à temps pour déclarer l'enfant.

C'est en 1862 qu'a lieu la rencontre décisive avec Pierre-Jules Hetzel, éditeur déjà célèbre. Jules Verne lui remet le manuscrit d'Un Voyage en l'air, inspiré des expériences de son ami Nadar et de son ballon Le Géant. Après avoir demandé des modifications, Hetzel accepte de l'éditer en « cartonnage » - reliure moins coûteuse, et c'est l'énorme succès de Cinq Semaines en Ballon : un nouveau genre romanesque est né.

5_semaines.png

CINQ SEMAINES EN BALLON - JULES VERNE

Les Voyages Extraordinaires Hetzel -  Bibliothèque  d’éducation et de récréation  J. Hetzel et Cie,

18, rue Jacob Paris

La situation  de Jules Verne s'est améliorée. Il  a signé un contrat de vingt ans avec son éditeur et  peut vivre désormais de ses œuvres. Il  abandonne la Bourse en 1864.  Honorine et Jules Verne  quittent  les Grands Boulevards et Montmartre pour emménager à Auteuil, 39 rue La Fontaine où ils demeurent jusqu'en 1869, date à laquelle ils quittent Paris pour Le Crotoy. En 1871, ils s'établissent définitivement à Amiens.

Le chemin de fer permet à l'écrivain de garder d'étroites relations avec Paris où résident son éditeur, ses amis et aussi les directeurs de théâtres qui s'intéressent à ses œuvres romanesques. Le Tour du Monde en 80 Jours est adapté en 1874 au théâtre de la Porte-Saint-Martin (18 bd Saint-Martin), les Enfants du Capitaine Grant en 1878, et Michel Strogoff au théâtre du Châtelet en 1880.

Lorsque Jules Verne se rend à Paris pour rencontrer Hetzel ou voir jouer ses pièces, il réside la plupart du temps à l'Hôtel du Louvre. Dans la voiture qui, de la Gare du Nord descend la rue de Maubeuge, Jules Verne a tout le loisir en passant dans son ancien quartier, de se souvenir que c'est sur les Grands Boulevards et dans le faubourg Montmartre qu'il composa ses premières œuvres et qu'il créa un genre littéraire nouveau.

Didier CHAGNAS

© D. Chagnas 2014   © 9ème Histoire 2014


Dernière modification : 25/02/2014 : 16:41
Catégorie : - Articles-Ecrivains & Cinéastes
Page lue 1314 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 

Réalisation: ParC Design

© 9ème Histoire 2001-2016