Publications
Vie Culturelle
Quoi de neuf sur le Site?
(depuis 12 jours)
Articles
À NOTER - À VOIR
27/07/2017 : - Expo Mozart
 ↑  
Calendrier
 ↑  
Recherche
Recherche
 ↑  
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
 ↑  
Modérateur
Votre Espace Abonné
Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

 ↑  
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.neufhistoire.fr/data/fr-articles.xml

© F. Robert 2004  -  © 9e Histoire 2005-2014

Alexis GODILLOT (1816-1893)

Tout le monde connaît le nom de « godillots », terme familier pour désigner de grosses chaussures ; on se souvient également de Georges Marchais déclarant « ...nous ne serons pas les godillots du Président ! » (signifiant nous ne serons pas aux ordres), mais peu savent que l'origine du nom vient d'Alexis Godillot, industriel, producteur de matériel militaire, qui doit sa fortune au Second Empire lorsqu'il devient le fournisseur aux Armées et fait construire une usine en 1854, au 54, rue de Rochechouart.

Son père Pierre, d'origine franc-comtoise, est sellier. En 1830 il a acheté un fonds de commerce, rue de Rochechouart, à l'enseigne du « Bazar du Voyage », magasin de vente dont l'usine se trouve Faubourg St Denis. En 1848, Alexis fabrique des lanternes en papier et devient décorateur pour fêtes publiques ; pendant tout le début du Second Empire il est « Entrepreneur officiel des Fêtes ». On lit dans le journal des Goncourt « ...rencontré en chemin de fer Monsieur Godillot, le chargé d'illuminations, d'enthousiasme, de lampions, de clés de ville offertes, de korolls [1] et de danseuses bretonnes de voyages impériaux. Il est naturellement décoré ! ».

Au moment de la guerre de Crimée, Godillot fournit l'armée en tentes et objets de campement ; dès 1859, son usine produit 100.000 paires de souliers militaires[2]. Il diversifie sa production et s'agrandit : aux 63 et 65 sont dorénavant situés les ateliers d'habillement, au 21 de la Rue Pétrelle on fabrique des courroies.

mais_qui_est_cet_alexis_godillot__3892.jpeg_north_780x_white.jpg
Les Godillots Vincent Van Gogh 1886

En 1876, une tannerie s'installe dans la plaine de Saint-Ouen sur cinq hectares et il délocalise une partie de sa production à Nantes et à Bordeaux. Des machines spéciales, pour coudre les brodequins, sont ramenées d'Amérique, certaines années, la production atteint 1.200.000 paires de chaussures.

042.jpg   043.jpg   044.jpg
Alfred Saint-Ange Briquet: "Alexis Godillot, campemeny, équipement...type de l'armée française"

C'est devenu un homme important, il a une ressemblance frappante avec Napoléon III.  Il en joue : un jour qu'il se rend au Figaro, le directeur Villemesant fait croire à son épouse, très flattée, que l'Empereur les honore d'une visite ! Il devient Maire de Saint-Ouen entre 1857 et 1870, reçoit la Grande Croix de la Légion d'honneur et s'entiche de la ville d'Hyères où il passe une partie de l'hiver. Il y fait construire par son architecte Chapoulart des villas excentriques de style mauresque ; tout un quartier à l'ouest d'Hyères est appelé quartier Godillot et une avenue porte son nom.

Il n'a pas de successeur, son fils Georges qui a fait Centrale devient président du musée des Arts décoratifs, son frère Félix, président des courtiers en blé et maire de Charenton, gère des entrepôts de farine et de grains que la Commune incendie en 1871.

Deux ans après la mort de Godillot le 30 juin 1895, un incendie ravage les usines « Un incendie qui a éclaté lundi à midi et s'est propagé avec une rapidité foudroyante a réduit en cendres les magasins et les ateliers de l'ancienne maison Godillot rue de Rochechouart. Tout le pâté de maison compris entre les rues Roch, Pétrelle, Condorcet et du Faubourg-Poissonnière a failli être la proie des flammes »[3]. A la place quelques années plus tard seront percées et loties les rues Lentonnet et Thimonnier. Toutes les activités se replient à Saint-Ouen et l'usine, après des fortunes diverses, subsiste jusqu'en 1955 sous le nom « Etablissements Desfossés, anciens établissements Alexis Godillot ».

incendie_godillo.jpg
Les ateliers Godillot après l'incendie de 1895

On peut toujours voir en remontant la rue de Rochechouart son habitation au 56, belle maison néo-classique construite en 1842, qu'il quitta ensuite pour vivre au 50, rue d'Anjou dans le 8e arrondissement.

 Françoise Robert


[1] Danses bretonnes qui ont été données à l'occasion de la rencontre, en 1858, de Napoléon III et de la Reine Victoria en Bretagne

[2] Pour la première fois on distingue pied gauche et pied droit.

[3] L'Illustration, juillet 1895

© F. Robert 2004  -  © 9e Histoire 2005-2014


Dernière modification : 25/02/2014 : 16:37
Catégorie : - Articles-Arts & Métiers
Page lue 1712 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 

Réalisation: ParC Design

© 9ème Histoire 2001-2016