Publications
Vie Culturelle
Quoi de neuf sur le Site?
(depuis 12 jours)
DIAPORAMAS
 ↑  
Calendrier
 ↑  
Recherche
Recherche
 ↑  
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
 ↑  
Modérateur
Votre Espace Abonné
Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

 ↑  
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.neufhistoire.fr/data/fr-articles.xml

Berlioz_square.jpg
La statue de Berlioz dans le square Place Adolphe Max
 


UNE BALADE AU FIL DE L’HISTOIRE,
DE LA PLACE DE VINTIMILLE À LA RUE BALLU

 

Le printemps, en ce 20 mars, n’était pas au rendez-vous, mais, malgré le froid, nous étions vingt-sept, à 14 h, devant le square Berlioz, pour découvrir ce quartier, né du lotissement du Nouveau Tivoli, lui-même avatar de la folie La Bouexière du XVIIIe siècle, au temps où cette partie de Paris était encore à la campagne.

Plan du lotissemeent.jpg
Plan du lotissement du Nouveau Tivoli

Les propriétaires de l’ancien domaine, les comtes Greffulhe et de Ségur, l’avaient loué à un physicien, Gaspard Robertson, qui l’avait transformé en parc d’attractions sous le nom de Nouveau Tivoli. Sous la monarchie de Juillet, les anciens bâtiments seront rasés et des voies percées à l’emplacement des superbes jardins. C’est ainsi que seront créées la place de Vintimille, aujourd’hui rebaptisée du nom d’un bourgmestre bruxellois, Adolphe Max, et les rues adjacentes.

Le tour de la place nous a permis d’évoquer Hector Berlioz, mort au bout de la rue de Calais, et dont la statue trône au milieu du square, le peintre nabi Édouard Vuillard, Louis et Pauline Viardot, qui ont eu leur hôtel particulier au coin de la rue de Douai, Eugène Boudin, ainsi que le couple Humbert, escrocs de haut vol.

Vuillard_Square_2.jpg   Vuillard_Immeuble.jpg
Le square Berlioz vu par Vuillard                                                                       Atelier de Vuillard

La rue de Vintimille, où ont habité plus ou moins longtemps le peintre Thomas Couture, Alexandre Dumas et Claude Monet, nous a conduits place Lili-Boulanger, que domine toujours l’immeuble où la jeune compositrice, morte à vingt-quatre ans, a vécu avec sa mère et sa sœur Nadia, également musicienne, célèbre pédagogue, chef d’orchestre et organiste émérite.

Lili_Boulanger_2.jpg  N_Boulanger_3.jpg
Lili et Nadia Boulanger

Rue Ballu, l’œil est immédiatement attiré par l’hôtel particulier de style néo-flamand du peintre Charles Wislin. En face, l’immeuble second Empire où ont résidé successivement Émile Zola et Edgar Degas, donne accès à la Villa Ballu.

Villa_Ballu_2.jpg
Villa Ballu

En poursuivant notre chemin sur la rue Ballu, nous avons pu voir la Maison des Pharmaciens, avec sa façade en pierre et brique et ses cariatides engainées. Plus loin, dans la cour de l’hôtel Foucher de Saint-Faron, une plaque rappelle le souvenir de la princesse Charlotte de Rohan-Rochefort. Plusieurs hôtels particuliers ont malheureusement été démolis dans cette rue, pour laisser la place à des immeubles modernes ; l’un de ceux-ci a remplacé celui où le compositeur Claude Terrasse avait aménagé le petit Théâtre des Pantins.

L’ancien hôtel du poète Émile Blémont a heureusement résisté au pic des démolisseurs. C’est là que la Société des Auteurs et Compositeurs dramatiques a installé son siège. Nous avons eu la chance d’être autorisés à le visiter ; c’est ainsi que nous avons pu admirer trois salons, dont deux possèdent des plafonds à l’italienne, le jardin d’hiver, ainsi que le jardin situé à l’arrière de l’hôtel.

Jardin_Ballu_2.jpg
Jardins de l'Hôtel de la SACD rue Ballu.

La « balade » a duré quelques minutes encore, puisque, en sortant du jardin de l’hôtel Blémont, nous nous sommes trouvés rue du Cardinal-Mercier, en face du ravissant petit hôtel que s’était fait construire, au début des années 1880, la chanteuse Anna Judic.

Oeuvre.jpg


Aline BOUTILLON
 

Lire la suite Lire la suite

Berlioz_square.jpg
La statue de Berlioz dans le square Place Adolphe Max
 


UNE BALADE AU FIL DE L’HISTOIRE,
DE LA PLACE DE VINTIMILLE À LA RUE BALLU

 

Le printemps, en ce 20 mars, n’était pas au rendez-vous, mais, malgré le froid, nous étions vingt-sept, à 14 h, devant le square Berlioz, pour découvrir ce quartier, né du lotissement du Nouveau Tivoli, lui-même avatar de la folie La Bouexière du XVIIIe siècle, au temps où cette partie de Paris était encore à la campagne.

Plan du lotissemeent.jpg
Plan du lotissement du Nouveau Tivoli

Les propriétaires de l’ancien domaine, les comtes Greffulhe et de Ségur, l’avaient loué à un physicien, Gaspard Robertson, qui l’avait transformé en parc d’attractions sous le nom de Nouveau Tivoli. Sous la monarchie de Juillet, les anciens bâtiments seront rasés et des voies percées à l’emplacement des superbes jardins. C’est ainsi que seront créées la place de Vintimille, aujourd’hui rebaptisée du nom d’un bourgmestre bruxellois, Adolphe Max, et les rues adjacentes.

Le tour de la place nous a permis d’évoquer Hector Berlioz, mort au bout de la rue de Calais, et dont la statue trône au milieu du square, le peintre nabi Édouard Vuillard, Louis et Pauline Viardot, qui ont eu leur hôtel particulier au coin de la rue de Douai, Eugène Boudin, ainsi que le couple Humbert, escrocs de haut vol.

Vuillard_Square_2.jpg   Vuillard_Immeuble.jpg
Le square Berlioz vu par Vuillard                                                                       Atelier de Vuillard

La rue de Vintimille, où ont habité plus ou moins longtemps le peintre Thomas Couture, Alexandre Dumas et Claude Monet, nous a conduits place Lili-Boulanger, que domine toujours l’immeuble où la jeune compositrice, morte à vingt-quatre ans, a vécu avec sa mère et sa sœur Nadia, également musicienne, célèbre pédagogue, chef d’orchestre et organiste émérite.

Lili_Boulanger_2.jpg  N_Boulanger_3.jpg
Lili et Nadia Boulanger

Rue Ballu, l’œil est immédiatement attiré par l’hôtel particulier de style néo-flamand du peintre Charles Wislin. En face, l’immeuble second Empire où ont résidé successivement Émile Zola et Edgar Degas, donne accès à la Villa Ballu.

Villa_Ballu_2.jpg
Villa Ballu

En poursuivant notre chemin sur la rue Ballu, nous avons pu voir la Maison des Pharmaciens, avec sa façade en pierre et brique et ses cariatides engainées. Plus loin, dans la cour de l’hôtel Foucher de Saint-Faron, une plaque rappelle le souvenir de la princesse Charlotte de Rohan-Rochefort. Plusieurs hôtels particuliers ont malheureusement été démolis dans cette rue, pour laisser la place à des immeubles modernes ; l’un de ceux-ci a remplacé celui où le compositeur Claude Terrasse avait aménagé le petit Théâtre des Pantins.

L’ancien hôtel du poète Émile Blémont a heureusement résisté au pic des démolisseurs. C’est là que la Société des Auteurs et Compositeurs dramatiques a installé son siège. Nous avons eu la chance d’être autorisés à le visiter ; c’est ainsi que nous avons pu admirer trois salons, dont deux possèdent des plafonds à l’italienne, le jardin d’hiver, ainsi que le jardin situé à l’arrière de l’hôtel.

Jardin_Ballu_2.jpg
Jardins de l'Hôtel de la SACD rue Ballu.

La « balade » a duré quelques minutes encore, puisque, en sortant du jardin de l’hôtel Blémont, nous nous sommes trouvés rue du Cardinal-Mercier, en face du ravissant petit hôtel que s’était fait construire, au début des années 1880, la chanteuse Anna Judic.

Oeuvre.jpg


Aline BOUTILLON
 

Fermer Fermer


Date de création : 25/03/2017 : 16:19
Catégorie : - Echos du Terrain
Page lue 263 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 

Réalisation: ParC Design
 



© 9ème Histoire 2001-2017