Publications
Vie Culturelle
Quoi de neuf sur le Site?
(depuis 12 jours)
 ↑  
Calendrier
 ↑  
Recherche
Recherche
 ↑  
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
 ↑  
Modérateur
Votre Espace Abonné
Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

 ↑  
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.neufhistoire.fr/data/fr-articles.xml

Fontaine_été_2.jpg


La jolie fontaine de la Cité de Trévise
 

Peu connue du grand public, mais fréquentée par les habitants du quartier, se cache la charmante Cité de Trévise (ou Cité Trévise, comme les anciennes plaques de rue toujours en place côté rue Bleue et rue Richer semblaient l’indiquer auparavant !). Cette appellation évoque en fait le titre du maréchal d’empire, Edouard Mortier (1768-1835), duc de Trévise, tué en 1835 lors de l’attentat de Fieschi contre le roi Louis-Philippe et qui demeurait non loin.

Percée en 1840, cette voie est très représentative des constructions de la Monarchie de Juillet, avec ses immeubles conçus par Moll dont l’architecture montre de fortes réminiscences empruntées à la Renaissance, notamment avec ses nombreux portails aux décors floraux.

Une reproduction de L’Illustration en septembre 1844, montre d’ailleurs la petite place de la Cité de Trévise peu après son ouverture. On remarque que la fontaine qui y figure n'était pas encore celle que nous voyons aujourd'hui .


citetrevise_1844.jpg
La Cité de Trévise en 1844
 

La Cité est aujourd’hui un rare havre de fraîcheur dans le quartier, qualité qui avait très vite été mise en avant par ses promoteurs de l’époque : « La Cité Trévise offre, au milieu du bruit des affaires et des plaisirs, une retraite agréable aux personnes amies du calme et de la tranquillité ».

Au centre de la place, le petit square fermé, planté de quatre grands érables sycomores, y contribue en effet fortement avec en particulier la présence d’une jolie fontaine en fonte, à deux vasques, d’inspiration là aussi Renaissance, qui ajoute un charme indéniable à ce lieu, il est vrai préservé, des bruits de la ville.


Fontaine Cité Trévise 2.jpg
La fontaine de la Cité de Trévise
 


Il convient de rappeler que ce modèle particulier de fontaine, sculpté par Francisque-Joseph Duret (1804-1865), et dont le fondeur s’appelait Ducel, maître de forge installé au 26, rue du Faubourg Poissonnière, a été reproduit sous le Second Empire un certain nombre de fois en France comme à Caen, Revel et autres communes en province (y compris en Corse et à Saint-Denis de la Réunion) et même à Barcelone ! Les modèles de la fonderie Ducel seront d'ailleurs achetés en 1878 par la célèbre fonderie du Val d'Osne qui produira notamment les fontaines Wallace parisiennes.

Le groupe féminin sculpté, reposant sur un piédestal triangulaire, est très fortement inspiré des Trois Grâces de Germain Pilon, monument funéraire abritant le cœur du roi de France Henri II, décédé lors d’un tournoi en 1559. Ce monument avait été commandé en 1561 au sculpteur par Catherine de Médicis, sa veuve inconsolable, pour le couvent des Célestins à Paris (détruit à la Révolution) et exposé aujourd’hui dans le département des sculptures au Louvre.
 

3_Graces.jpg   Fontaine Cité Trévise 1.jpg
Les Trois Grâces de Germain Pilon                               Le groupe féminin de fa Fontaine de la Cité de Trévise


D’inspiration antique comme le voulait l’époque de la Renaissance, il représente les filles de Zeus : Aglaé, la splendeur, Euphrosyne, l’allégresse, et Thalie l’abondance qui symbolisent la fidélité conjugale dans la Rome antique.

Les trois jeunes femmes de la fontaine, placées dos à dos, entre le bassin circulaire et la vasque supérieure, se joignent les mains et semblent esquisser une sorte de ronde dans une attitude tout à fait similaire à la statuaire de Germain Pilon.

Le thème des Trois Grâces sera exploité également, mais de manière différente, pour d’autres fontaines érigées à Bordeaux et Montpellier. Maillol, en fera aussi une statue, présente au jardin des Tuileries.
 


Jardin-des-Tuileries--Trois-graces-1.jpg
  Les Trois Grâces de Maillol au jardin des Tuileries
 

A noter que Sir Richard Wallace avait conçu des modèles dérivés, avec ses fameuses « fontaines à boire » représentant les Cariatides, installées dans Paris à partir de 1872 !

On peut simplement espérer que la jolie fontaine de la Cité de Trévise, en panne actuellement d’alimentation en eau, fonctionnera à nouveau très vite pour le grand agrément des passants qui empruntent cette voie !



Emmanuel FOUQUET

Lire la suite Lire la suite

Fontaine_été_2.jpg


La jolie fontaine de la Cité de Trévise
 

Peu connue du grand public, mais fréquentée par les habitants du quartier, se cache la charmante Cité de Trévise (ou Cité Trévise, comme les anciennes plaques de rue toujours en place côté rue Bleue et rue Richer semblaient l’indiquer auparavant !). Cette appellation évoque en fait le titre du maréchal d’empire, Edouard Mortier (1768-1835), duc de Trévise, tué en 1835 lors de l’attentat de Fieschi contre le roi Louis-Philippe et qui demeurait non loin.

Percée en 1840, cette voie est très représentative des constructions de la Monarchie de Juillet, avec ses immeubles conçus par Moll dont l’architecture montre de fortes réminiscences empruntées à la Renaissance, notamment avec ses nombreux portails aux décors floraux.

Une reproduction de L’Illustration en septembre 1844, montre d’ailleurs la petite place de la Cité de Trévise peu après son ouverture. On remarque que la fontaine qui y figure n'était pas encore celle que nous voyons aujourd'hui .


citetrevise_1844.jpg
La Cité de Trévise en 1844
 

La Cité est aujourd’hui un rare havre de fraîcheur dans le quartier, qualité qui avait très vite été mise en avant par ses promoteurs de l’époque : « La Cité Trévise offre, au milieu du bruit des affaires et des plaisirs, une retraite agréable aux personnes amies du calme et de la tranquillité ».

Au centre de la place, le petit square fermé, planté de quatre grands érables sycomores, y contribue en effet fortement avec en particulier la présence d’une jolie fontaine en fonte, à deux vasques, d’inspiration là aussi Renaissance, qui ajoute un charme indéniable à ce lieu, il est vrai préservé, des bruits de la ville.


Fontaine Cité Trévise 2.jpg
La fontaine de la Cité de Trévise
 


Il convient de rappeler que ce modèle particulier de fontaine, sculpté par Francisque-Joseph Duret (1804-1865), et dont le fondeur s’appelait Ducel, maître de forge installé au 26, rue du Faubourg Poissonnière, a été reproduit sous le Second Empire un certain nombre de fois en France comme à Caen, Revel et autres communes en province (y compris en Corse et à Saint-Denis de la Réunion) et même à Barcelone ! Les modèles de la fonderie Ducel seront d'ailleurs achetés en 1878 par la célèbre fonderie du Val d'Osne qui produira notamment les fontaines Wallace parisiennes.

Le groupe féminin sculpté, reposant sur un piédestal triangulaire, est très fortement inspiré des Trois Grâces de Germain Pilon, monument funéraire abritant le cœur du roi de France Henri II, décédé lors d’un tournoi en 1559. Ce monument avait été commandé en 1561 au sculpteur par Catherine de Médicis, sa veuve inconsolable, pour le couvent des Célestins à Paris (détruit à la Révolution) et exposé aujourd’hui dans le département des sculptures au Louvre.
 

3_Graces.jpg   Fontaine Cité Trévise 1.jpg
Les Trois Grâces de Germain Pilon                               Le groupe féminin de fa Fontaine de la Cité de Trévise


D’inspiration antique comme le voulait l’époque de la Renaissance, il représente les filles de Zeus : Aglaé, la splendeur, Euphrosyne, l’allégresse, et Thalie l’abondance qui symbolisent la fidélité conjugale dans la Rome antique.

Les trois jeunes femmes de la fontaine, placées dos à dos, entre le bassin circulaire et la vasque supérieure, se joignent les mains et semblent esquisser une sorte de ronde dans une attitude tout à fait similaire à la statuaire de Germain Pilon.

Le thème des Trois Grâces sera exploité également, mais de manière différente, pour d’autres fontaines érigées à Bordeaux et Montpellier. Maillol, en fera aussi une statue, présente au jardin des Tuileries.
 


Jardin-des-Tuileries--Trois-graces-1.jpg
  Les Trois Grâces de Maillol au jardin des Tuileries
 

A noter que Sir Richard Wallace avait conçu des modèles dérivés, avec ses fameuses « fontaines à boire » représentant les Cariatides, installées dans Paris à partir de 1872 !

On peut simplement espérer que la jolie fontaine de la Cité de Trévise, en panne actuellement d’alimentation en eau, fonctionnera à nouveau très vite pour le grand agrément des passants qui empruntent cette voie !



Emmanuel FOUQUET

Fermer Fermer


Catégorie : - Un Lieu à Découvrir
Page lue 96 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 

Réalisation: ParC Design

© 9ème Histoire 2001-2017