En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
Publications
Recherche
Recherche
 ↑  
Vie Culturelle
Quoi de neuf sur le Site?
(depuis 12 jours)
 ↑  
Calendrier
 ↑  
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
 ↑  
Modérateur
Votre Espace Abonné

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

 ↑  
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.neufhistoire.fr/data/fr-articles.xml


Kahnweiler.jpg
 



Daniel-Henry Kahnweiler Découvreur des Cubistes

 

Il fait connaître Juan Gris, Vlaminck, Fernand Léger en 1913, Braque, Derain, Picasso, le sculpteur Manolo et expose leurs œuvres contre l’exclusivité de leur production et leur fidélité ; celui-ci leur offre une sécurité matérielle (mensuelle) à valoir sur le capital des toiles passant entre ses mains. De ce fait, les artistes peuvent se consacrer à leur œuvre (Durand-Ruel avait d’ailleurs fait de même).


DHK.jpg
Daniel-Henry Kahnweiler
 

Allemand d’origine juive, d’une famille de banquiers de Stuttgart, il installe avec l’aide de ses oncles une galerie 28 rue Vignon en 1907, ce qui était une rareté, les marchands d’art étant à l’époque presque tous situés rue Laffitte.

Un souffle de liberté et de création s’étend à Paris, à la suite de la révolution impressionniste et les étrangers affluent de toute part. À commencer par les artistes d’Espagne (Juan Gris, Picasso), d’Italie (Modigliani, Chirico), de Bohême (Kupka), du Mexique (D. Riviera), des Pays-Bas (Van Dongen, Mondrian), de Russie (Chagall)…


Kees_van_Dongen,_c.1907-08,_Portrait_of_Daniel-Henry_Kahnweiler,_oil_on_canvas,_65_x_54_cm.jpg  DHK_Picasso_1910_.jpg  Juan_Gris,_Daniel-Henry_Kahnweiler,_1921_Edit_MLR.jpg
Portraits de D.H. Kahnweiler - de gauche à droite: par Kees Van Dongen 1907-1908 © Musée du Petit Palais Genève - par Picaso 1910 © Art Institute Chicago - par Juan Gris 1921 © MNAM Centre Pompidou Paris

 

Certains s’installent définitivement et se font même naturaliser, travaillent à Montmartre, puis à Montparnasse. Dans le panorama contrasté des manifestations patentées et des contre-salons, le grand marchand à mi-chemin du négoce et du mécénat, paraît ressembler à Daniel-Henry Kahnweiler.


Uhde.jpg
Wilhem Uhde
 

Wilhem Uhde, son ami et compatriote, grand connaisseur et mécène, lui conseille d’aller voir Picasso au Bateau-Lavoir de Montmartre. Les « Demoiselles d’Avignon » le subjuguent et il pressent la rupture que ce tableau représentera.
 


demoiselles-avignon.jpg
Picasso - Les Demoiselles d'Avignon Détail 1906-1907 - © MOMA New-York
 

Kahnweiler devient le marchand de Picasso, le mouvement cubiste est né ! Braque est exposé dans sa galerie (27 toiles !)

Le critique d'art Louis Vauxcelles donne un avis : « … il construit, écrit-il de Braque, des bonshommes métalliques et déformés et qui sont d’une simplification terrible. Il méprise la forme, réduit tout, sites et figures et maisons, à des schémas géométriques et à des cubes… » Le mot est lâché, il va faire fortune : le cubisme est consacré.


braque_viaduc_Estaque_1908.jpg
Georges Braque - Le viaduc à l'Estaque 1908 © MNAM Centre Pompidou Paris
 

En 1913, Camille Mauclair est encore plus violent : « Un cloaque de toqués et d’indésirables, qui, à la fin, dégoûte Paris et appelle la rafle. Parmi les blancs, la proportion de sémites est de 80% et celle des ratés à peu près équivalente ».

Apollinaire encourage le mouvement, mais Kahnweiler n’aime pas ses critiques d’art : « grand poète mais ne connaissant rien à la peinture». Il ne s’inquiète guère des bruits d’une guerre prochaine… l’art a une capitale, mais pas de patrie !


Daniel-Henry Kahnweiler est en Italie à la déclaration de la guerre de 14 et refuse d’être mobilisé dans l’armée allemande. Rentré à Paris en 1920, il deviendra critique littéraire et recevra tout le milieu artistique à son domicile de Boulogne.  Il meurt en 1979, après s’être réfugié dans le Centre entre 1940 et 1943.


Françoise ROBERT
D’après l’ouvrage  de Michel Winock « Les Derniers Feux de la Belle Époque » chronique culturelle d’une avant-guerre 1913-1914 – Le Seuil éditeur.

 





© F. Robert 2018 © 9e Histoire 20184

 


Date de création : 31/07/2018 : 09:00
Catégorie : - Fiches Express-Figures du 9e
Page lue 124 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 

Réalisation: ParC Design

Détails des vitraux du Cercle Central 2 rue Frochot 75009
© D. Bureau


© 9ème Histoire 2001-2018