En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 

Publications

Recherche

Recherche
 ↑  

Vie Culturelle

Quoi de neuf sur le Site ?

(depuis 12 jours)
 ↑  

Calendrier

 ↑  

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
 ↑  

Modérateur

Votre Espace Abonné


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

 ↑  

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑  

Van Gogh et le 9e

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.neufhistoire.fr/data/fr-articles.xml

Van_Gogh_Self-Portrait_Autumn_1887.jpg
Vincent Van Gogh -  Autoportrait  - 1887 -  © RMN Musée d'Orsay.
 

 

VAN GOGH (1853-1890)
QUELQUES PASSAGES DANS LE 9
e


 


À la vue de l’affiche de l’ « Autoportrait à l’oreille bandée » illustrant l’annonce de l’exposition Courtauld qui se tient à la Fondation Louis Vuitton et en faisant quelques rapides recherches, il est apparu que Vincent Van Gogh avait fréquenté le 9e arrondissement à plusieurs reprises dans sa vie « française ».
 

En 1875, il arrive à Paris embauché chez Goupil, 9, rue Chaptal - (suivre de lien) - comme vendeur d’affiches, après avoir d’abord travaillé chez eux à Londres. Il quitte très vite cette entreprise, il a 23 ans, et rentre en Angleterre.
 


Theo-van-Gogh_2320.jpg
Théo Van Gogh
 


Après des années de doute, de mysticisme, de dessin, il revient à Paris en février 1886. Son frère Théo l’installe dans un petit appartement au 25, rue de Laval (actuelle rue Victor Massé). Théo travaille alors chez Boussod et Valadon au 19, Boulevard Montmartre et est très lié aux impressionnistes.
Vincent est accueilli à bras ouverts dans leur cercle, place Pigalle, et chez le Père Tanguy (14, rue Clauzel).

Dans son ouvrage “Van Gogh, le soleil en face”, Pascal Bonafous rapporte: « C’est chez ce fédéré anarchiste, libéré après la Commune grâce à l’intervention d’un peintre conseiller municipal, que Victor Chocquet , emmené par Renoir, a acheté son premier Cézanne. Tanguy continue d’en vendre parfois, pour quelques francs. Il proclame qu’un homme qui vit avec plus de cinquante centimes par jour est une canaille »
 


Pere_Tanguy_2.jpg   Pere_Tanguy_1887.jpg
V. Van Gogh - Portrait du Père Tanguy - 1887 - © NY Carlsberg Glypotek Copenhague      Portrait du Père Tanguy  - 1887  - © Musée Rodin
 


Il travaille avec eux à l’Atelier Cormon (rue Constance) où Émile Bernard et Toulouse-Lautrec sont les plus connus parmi les artistes qui fréquentent le lieu. Van Gogh peint quelques toiles, des vues de Montmartre et des fleurs entre autres ainsi que des portraits, mais après quatre mois de présence, il renonce !


Vue_Paris.jpg
V. Van Gogh  - Vue des toits de Paris depuis sa chambre rue Lepic - 1887 - © Musée Van Gogh Amsterdam.
 

En mai 1886 pourtant, la huitième exposition impressionniste à la Maison Dorée sur les Boulevards est un succès pour beaucoup d’entre eux. Van Gogh est séduit et au Tambourin Boulevard de Clichy, Agostina Segatori l’aide et l’encourage.
 


Agostina.jpg
Vincent Van Gogh  -  Agostina Segatori au Café du Tambourin  -  1887  - © Musée Van Gogh Amsterdam.
 


Mais il se fâche avec tous et Théo se désole : « La vie est presque insupportable ; personne ne peut plus venir chez moi parce que Vincent ne fait  que chercher querelle ; en outre, il est si désordonné que notre intérieur est loin d’être agréable. J’espère qu’il va s’installer seul quelque part. Il en a déjà parlé, mais si je lui disais qu’il doit s’en aller, ce serait pour lui une raison de rester. » Théo se tait.
 

C’est à cette période, en février 1888, que Vincent décide de partir en Provence. Il s’installe à Arles où il fait venir Gauguin pendant un temps. En décembre 1888, il est hospitalisé en proie à un délire furieux. Pissaro propose alors à Théo, marié entre temps et devenu père d’un petit Vincent, de faire venir son frère afin qu’il consulte le Docteur Gachet à Auvers-sur-Oise et retrouver une atmosphère chaleureuse dans sa famille.
 


Autoportrait_Oreille.jpg
Vincent Van Gogh  - Autoportrait à l'oreille bandée  - 1889  - © The Courtauld Gallery Londres.

 

Le 17 mai 1890, il arrive Gare de Lyon et réside chez Théo au 8, Cité Pigalle (au 4e étage)* avant de rejoindre Auvers. Il fera quelques visites Cité Pigalle, elles seront rapides et éprouvantes pour son entourage, jusqu’à sa disparition le 29 juillet.

Une vie d’errances, mais ses brefs séjours dans le 9e seront néanmoins significatifs puisqu’il y a peint de nombreuses toiles .

*: Théo avait auparavant habité au 54, rue Lepic dans le 18e
 


Françoise ROBERT
 


Source : Pascal Bonafous " Van Gogh, le soleil en face " (Découvertes Gallimard).
 


© 9e Histoire 2019


Date de création : 19/04/2019 • 09:00
Catégorie : - Fiches Express 9e-Personnalités
Page lue 475 fois


Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 

Réalisation: ParC Design

Opéra Garnier
© D. Bureau


© 9ème Histoire 2001-2019