Publications
Vie Culturelle
Quoi de neuf sur le Site?
(depuis 12 jours)
 ↑  
Calendrier
 ↑  
Recherche
Recherche
 ↑  
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
 ↑  
Modérateur
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.neufhistoire.fr/data/fr-articles.xml

© M. Olivès 2009  © 9e Histoire 2009 - 2014

LE CIMETIÈRE DES PORCHERONS 

ET

 LA CHAPELLE ST-JEAN-PORTE-LATINE

Ce cimetière était situé à l’emplacement de l’actuel carrefour de Chateaudun-Place Kossuth et dépendait de la paroisse St Eustache. Il a été ouvert au début du 18e siècle sur des marais cultivés appartenant à la fabrique de l’église St Eustache, où elle y possédait une école de charité qui devint l’hospice St Eustache.

De forme rectangulaire, le cimetière avait son entrée sur le carrefour d’aujourd’hui, à l’angle de la rue du Faubourg Montmartre et de la rue de Chateaudun. Il s’étendait vers la rue Buffaut, percée en 1782, empiétant sur la place Kossuth, les rues de Chateaudun (ouverte en 1859/1862) et de Maubeuge (1861/1865)

La chapelle funéraire construite entre 1760 et 1785 était située à l’emplacement actuel du croisement de la rue du Faubourg Montmartre et de la rue de Maubeuge.

Dans ce cimetière furent inhumés des personnages célèbres :

Jean Le Mond d’Alembert (1717/1783) philosophe, mathématicien, académicien et père de l’encyclopédie,

Le 3 juillet 1778 Maria-Anna Mozart, mère de Mozart et née en 1720.

Plaque_Mozart.png

Elle était décédée du choléra dans une auberge à l’enseigne des « Quatre Fils Aymon » située 10, rue du Gros Chenet ( ?). Une plaque « Maison de Mozart » rappelle maintenant ce souvenir au 8, rue du Sentier dans le 11e.

Ces lieux ont subi des transformations au cours des ans. Dans un premier temps, la paroisse St Germain l’Auxerrois fut autorisée à y inhumer ses morts et le cimetière fut agrandi. Puis En 1794 et 1797, le cimetière et la chapelle furent fermés et rachetés par la ville de Paris qui transféra à St-Jean-Porte-Latine le culte célébré antérieurement dans la chapelle primitive de Notre-Dame-de-Lorette qui se situait 54, rue Lamartine.

C’est devant cette nouvelle chapelle que furent célébrés en 1825 les obsèques du Général Foy, décédé dans son hôtel particulier du 62, rue de la Chaussée d’Antin et dont il ne reste actuellement que la façade après sa destruction dans les années 1950.

Après la consécration en 1836 de l’actuelle église Notre-Dame-de-Lorette, l’ancienne chapelle St-Jean-Porte-Latine désaffectée servit quelques temps de magasins et dépôt de combustible avant d’être détruite

Michel OLIVES

Source :  Jacques Hillairet - Connaissance du Vieux Paris –Rivages Editeur.

© M. Olivès 2009  © 9e Histoire 2009 - 2014


Catégorie : - Articles-Balades dans le 9e
Page lue 1501 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 

Réalisation: ParC Design

© 9ème Histoire 2001-2016