En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 

Robert Hirsch

© Françoise Robert - 2019 © 9e Histoire - 2019


RH_Moliere copie.jpg
Robert Hirsch recevant en 1990 le César du meilleur acteur dans un second rôle pour le film Hiver 54

 




ROBERT HIRSCH (1925 – 2017)



 


C‘est un des plus grands acteurs français qui nous a quittés le 16 novembre 2017 à l’âge de 92 ans. Robert Hirsch, récompensé par six Molières et un César au cours de sa longue carrière, était acteur jusqu’au bout des ongles, admiré par ses pairs et par le public.

Il est né le 25 juillet 1925 à l’Isle-Adam (Val d’Oise) et a vécu toute sa jeunesse dans le 9e arrondissement : son père y était diamantaire et avait racheté “l’Apollo”, superbe salle de cinéma jouxtant le Casino de Paris, démolie en 1959.
 


Apollo copie.jpg
La Salle de l'Apollo.
 


Robert Hirsch y a passé toute son enfance à voir et à revoir les grands films de la « Warner ». Il a rêvé devant Errol Flynn, Humphrey Bogart ou Bette Davis, dont il dit :
« Elle est l’instinct et l’intelligence de jeu incarnés ; il n’y a pas de demi-mesure avec elle. Qu’elle en fasse trop, bien sûr, mais quel bonheur ! Il y a tant d’acteurs qui n’en font pas assez, qui jouent dans leurs bottes »

Il se rappelle :
« Je priais le ciel pour qu’il pleuve le jeudi et que je ne sois pas obligé d’aller jouer au foot, parce qu’alors je passais la journée à l’Apollo. J’y avais une loge, tout ce qu’il fallait pour boire et manger et je m’identifiais totalement aux acteurs : je mangeais quand ils mangeaient, je prononçais leurs répliques en même temps qu’eux… » (Interview de 2013).
 


Bette_Davis.jpg
Bette Davis.
 


En 1939, la famille de Robert Hirsch étant juive se réfugie dans la Vienne à Montmorillon. À la Libération, il postule pour entrer dans le corps de ballet de l’Opéra de Paris, il est reçu. Dans le même temps, Serge Lifar, qu’il admire, est débarqué pour avoir été trop proche des milieux de la collaboration.

Quand il rejoint le théâtre, poussé par quelques amis, son passage à l’Opéra lui servira : il sait utiliser son corps avec une virtuosité époustouflante.
 


Britannicus.jpg
Robert Hirsch dans Britannicus avec Annie Ducaux en 1961.
 


Le 1er septembre 1948 après avoir obtenu deux premiers prix de comédie au Conservatoire, il entre à la Comédie Française. Sociétaire en 1952, il reste au Français 25 ans, jusqu’en 1974. Les grands rôles se succèdent, Néron, Scapin, Raskolnikov, Tartuffe, Arturo Ui, le Misanthrope.

C’est dans celui de « Bouzin » d’un « Fil à la Patte » de Feydeau en 1961 qu’il atteint une forme de génie ; des années plus tard des jeunes acteurs allaient sur « Youtube » pour observer les quelques images qui en avaient été filmées.
 


Bouzin.JPG
Robert Hirsch dans le rôle de « Bouzin » d’ « Un Fil à la Patte » de Georges Feydeau.
 

Son interprétation devant Isabelle Adjani de « La Cigale et la Fourmi » au départ de Jacques Charon de la Comédie Française est un grand moment.

Ensuite il est au Boulevard, dans des pièces d’Harold Pinter par exemple. En 2006 « Le Gardien », extraordinaire dans le rôle de ce vieux méchant totalement odieux.
 


Gardien.jpg
Robert Hirsch dans « Le Gardien » de H. Pinter
 


Télérama  aura ce commentaire : « Véritable bête de scène, Robert Hirsch donne une coloration qu'on pourrait qualifier de "célinienne" au vieux grigou. Il est fabuleux. Face à lui, Samuel Labarthe bouleverse par la justesse d'un jeu en retrait, tandis que Cyrille Thouvenin fait preuve d'une inquiétante animalité. »

Il joue aussi du Sacha Guitry, « Une Folie » et cette fois c’est L’Express qui commentera : « Un couple d'agités consulte un psychiatre, qui ne l'est pas moins. Sensible au charme slave de madame, le bon médecin - après avoir conseillé à monsieur de prendre une maîtresse - achèvera son traitement par l'apologie du divorce. Bien que dépourvues de coeur et d'entrailles, les marionnettes mondaines de Guitry, dans leur recherche effrénée du bonheur, en deviendraient presque touchantes. Et puis, il y a Robert Hirsch: égaré, cassant, saccadé. Il réussit, par une vitalité fiévreuse, à faire décoller la pièce jusqu'à l'absurde. Mais on savait déjà qu'il avait du génie. »
 


Sarah.jpg
Fanny Ardent et Robert Hirsch dans Sarah.
 


Dans « Sarah » de John Murrell, il campe le secrétaire de Sarah Bernhardt à la fin de sa vie et dans les pièces de Florian Zeller, « Le Père » et « Avant de s’envoler » il est un vieillard émouvant en fin de vie.

Il disait régulièrement : « Le théâtre est ma religion » et « Hors du théâtre, je ne vis pas », puis :
« Je ne veux pas qu’on me donne un mode d’emploi pour jouer la comédie, non, non et non, l’instinct avant tout ». Les jeunes acteurs disaient que jouer avec lui constituait une expérience inoubliable.

Au cinéma, ses 13 rôles dans « Pas question le samedi » d’Alex Joffé, en 1964, remplissent d’admiration. Les plus jeunes se souviennent de lui dans « Hiver 54, l’abbé Pierre » de Denis Amar. Il est enfin bouleversant, aux côtés de Michel Bouquet, dans son dernier film « L’Antiquaire », de François Margolin, sorti en 2015.
 


--robert-hirsch-claudia-cardinale copie.jpg
Robert Hirsch et Claudia Cardinale dans Hiver 54, l’abbé Pierre.

 


Un immense acteur, parfois cabotin, capable des plus grands excès tout en restant crédible et particulièrement émouvant.
 


Françoise ROBERT
 

Sources : Le Monde du 18/11/2017 – Télérama - L’Express- Comédie Française

___________
 


Cet article a été publié dans le Bulletin XVI- 2018 de l'association 9ème Histoire.

 


© Françoise Robert - 2019 © 9e Histoire - 2019


Date de création : 28/07/2019 • 11:19
Catégorie : - Articles-Personnages
Page lue 228 fois


Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !