Publications
Vie Culturelle
Quoi de neuf sur le Site?
(depuis 12 jours)
 ↑  
Calendrier
 ↑  
Recherche
Recherche
 ↑  
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
 ↑  
Modérateur
Votre Espace Abonné
Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

 ↑  
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.neufhistoire.fr/data/fr-articles.xml

© E. Fouquet © 9e Histoire 2014-2017

Hôtel_Mondial.jpg

LA CITÉ BERGÈRE

Créée en 1827 par la générale de Boulnois, épouse du baron d’empire Louis Jacques François Boulnois, qui en achetant là des terrains en 1824, a réalisé une importante opération immobilière au moment de l’expansion de ce quartier. Cette création urbaine du règne de Charles X, formant un angle droit et dont les entrées donnent rue Bergère et rue du Faubourg-Montmartre, est en effet une des plus originales de la Restauration.

Cité_Bergere_Entrée.jpg  passage_vouté.jpg  Cité_Bergère_Sortie.jpg
            Entrée de la Cité rue du Fg Montmartre et détail du passage vouté                                          Sortie de la Cité, rue Bergère

Le calme y régnant aujourd’hui ne laisse pas imaginer que lors des journées de décembre 1851 du coup d’état de Louis-Napoléon Bonaparte, la Cité Bergère connut des heures noires puisque y furent entreposés là des dizaines de cadavres victimes de la répression…

Plaque_Cité.jpg 
 

A l’origine, passage fermé la nuit, disposant de trottoirs (innovation pour l’époque) et de réverbères, la cité Bergère relève du plus élégant style néo-classique. Chaque entrée de la cité s’ouvre par un passage voûté (celui agrémenté de colonnes à chapiteaux doriques donnant sur la rue du Faubourg-Montmartre est ornée de beaux caissons sculptés de rosaces).

Au 1bis, fut implantée en 1887 le premier établissement de la Compagnie Française d’Éclairage Électrique dirigée par Edison, qui allait permettre à Paris de devenir «ville-lumière» lors de l’Exposition Universelle de 1889.

Il n’est pas étonnant que dans cette voie paisible, inscrite à l’Inventaire des Monuments Historiques depuis le 9 octobre 1990, la plupart des immeubles soient désormais des hôtels de tourisme (6 !) ayant gardé leur ordonnance de baies cintrées sur entresol et leurs chapiteaux ioniques.

Les entrées de ces hôtels sont souvent agrémentées de gracieuses marquises en fonte datant de la Belle Époque, comme celle de l’hôtel Corona au n° 8 ou bien celle du n° 4 à la façade d’époque Restauration.

hotel-corona.jpg   4 cité Bergère.jpg
                          Hôtel Corona 8, Cité Bergère                                                          Hôtel de la Cité Bergère au n° 4

Beaucoup de personnes illustres au XIXe siècle y résidèrent, dont le fabricant de porcelaine Weil (famille maternelle de Marcel Proust) en 1828, et au n°3 Heinrich Heine, le poète romantique allemand, en 1837.
Chopin habita brièvement de juin 1832 à juin 1833, au n°4, une chambre de l’hôtel de France (hôtel de la Cité Bergère aujourd’hui), alors qu’il commençait sa carrière parisienne (peu de temps donc après son premier concert à Paris, dans les salons Pleyel de la rue Cadet, le 25 février 1832).

Dans cette Cité, se trouvent aussi les sorties de service du Théâtre des Nouveautés à côté du passage menant à la Cité Rougemont (construite, elle, plus tardivement) et du Palace, vers l’entrée du Faubourg-Montmartre.

Arts.jpg  Hôtel_Espagne.jpg
Hôtel des Arts et Hôtel d'Espagne 7 & 11, Cité Bergère

On peut aussi signaler qu’est logée depuis peu au 3bis, dans les étages du même Palace, L’Académie Internationale de la Comédie Musicale (AICOM), première école du genre en France, comme le proclame fièrement le panonceau à l’entrée !

Aicom.jpg

Comment ne pas évoquer enfin, au n°18 de la cité, un bistrot à vins… et à chansons, «Au Limonaire», qui  perpétuait encore ces toutes dernières années la tradition des goguettes en vogue au début du XIXe siècle, mais qui, contraint de fermer pour nuisances sonores (!), laisse la  place désormais à un restaurant plus banal.

Subsistent cependant encore là des anciens ateliers consacrés à la restauration d'oeuvres d'art, seuls témoignages d'une activité artisanale presque révolue aujourd'hui. 


hotel-corona_3.jpg
 


Emmanuel FOUQUET

 


© E. Fouquet © 9e Histoire 2014-2017


Date de création : 19/07/2017 : 12:00
Catégorie : - Promenades
Page lue 3119 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 

Réalisation: ParC Design
Bandeau de tête de page: Le Bon Georges, 45 rue St Georges
© Daniel Bureau


© 9ème Histoire 2001-2017