Publications
Vie Culturelle
Quoi de neuf sur le Site?
(depuis 12 jours)
 ↑  
Calendrier
 ↑  
Recherche
Recherche
 ↑  
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
 ↑  
Modérateur
Votre Espace Abonné
Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

 ↑  
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.neufhistoire.fr/data/fr-articles.xml

L’ESPRIT DU « BOULEVARD »

Ils ont symbolisé l’esprit et l’humour du boulevard !
Deux kilomètres de bitume entre la Madeleine et la République, ses cafés, terrasses et théâtres. 

Les plus connus, Alphonse Karr, Aurélien Scholl, Georges Feydeau, causaient, fumaient, buvaient et décochaient leurs flèches.

Alphonse Karr: journaliste au Figaro, romancier, fonde sa revue « Les Guêpes ». Le Tout-Paris le fréquente et il fréquente le Tout-Paris : Dumas, Gavarni, George Sand etc.

Karr_3.jpg  LES GUÊPES.jpg
© Sté des Amis d'A. Dumas

Aurélien Scholl : d’origine bordelaise, il devint le plus parisien des Parisiens. Il écrit également dans le Figaro, se fait beaucoup d’ennemis. Par exemple « Madame Feydeau aime tellement son mari qu’elle prend les maris des autres pour ne pas user le sien ».
Lui aussi fonde des journaux : le Nain Jaune, le Jockey, le Lorgnon. Souvent chez Tortoni ou au Café Riche, tout fait mouche.

Nain_Jaune.JPG  scholl250.jpg

Georges Feydeau : le plus connu de nos jours ! 163 pièces de théâtre, certaines toujours jouées : « Le Dindon », « La Dame de chez Maxim’s » etc.  Drôle, cocasse, mal dans sa peau, joueur, il fait un mauvais mariage avec la fille du peintre Carolus-Durand. Il finit dépressif et syphilitique et meurt en maison de santé.

  AVT_Georges-Feydeau_278.jpegdindon_1.jpeg feydeau1auteur.jpg

Ils ont en commun:

​la misogynie :

  • « La femme est un être qui s’habille, qui babille, qu’on déshabille et qui se rhabille » (Karr),
  • La jolie fille !: « Voulez-vous que je vous la présente ? Volontiers, faudra-t-il faire un brin de cour ? Une phalange suffira… » (Scholl),
  • « Certains maris ne sont bons qu’à être cocus et encore faut-il que leurs femmes les aident » (Feydeau),
  • «  Si les maris pouvaient laisser leurs femmes avoir un ou deux amants pour leur permettre de comparer, il y aurait beaucoup plus de femmes fidèles » (Feydeau) ;

​lmépris des politiques et des affairistes :

  • « Pendant longtemps, on n’a pas payé les députés. Depuis qu’on les paie, il ne paraît pas, tant s’en faut, qu’on obtienne une qualité supérieure » (Karr),
  • Un boursier-escroc qu’il connaissait froissait rageusement devant Scholl une lettre anonyme où était écrit « Vous êtes un voleur ». « Si je savais quel est le misérable ? ». Scholl après avoir examiné le papier : « C’est drôle, on dirait l’écriture de procureur de la République »,
  • « En politique, il faut être canaille » (Feydeau) ;

le pessimisme à l’égard de leurs semblables :

  • « L’homme est comme une horloge. Il se remonte par la nourriture deux ou trois fois par jour » (Karr),
  • « Il y a des gens qui descendent de leurs aïeux, d’autres qui en dégringolent » (Scholl),
  • « L’usurier est celui à qui on emprunte un mouchoir et qui vous réclame une paire de draps » (Scholl),
  • « L’argent ne fait pas le bonheur, c’est même à se demander pourquoi les riches y tiennent tant » (Feydeau).

 et tous partagent l’esprit de boutade, l’impertinence, l’érudition.


Françoise ROBERT


Catégorie : - Fiches Express-Figures du 9e
Page lue 532 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 

Réalisation: ParC Design

© 9ème Histoire 2001-2016